Accéder au contenu principal

Tunisie: le président Kaïs Saïed en visite à Paris sur fond de crise libyenne

Kaïs Saïed est attendu pour une visite officielle à Paris, le lundi 22 juin. (image d'illustration).
Kaïs Saïed est attendu pour une visite officielle à Paris, le lundi 22 juin. (image d'illustration). FETHI BELAID / AFP

Le président tunisien, Kaïs Saïed, est le premier responsable étranger à être reçu à l’Elysée depuis la fin du confinement. Il effectue, lundi 22 juin, une visite officielle de vingt-quatre heures à Paris, en réponse à l’invitation du chef de l’Etat français, Emmanuel Macron. Lors de cette visite, les deux présidents doivent s’entretenir, entre autres sujets, de la situation en Libye.

Publicité

Cette visite du président tunisien était prévue, à l’origine, en février dernier mais elle a été ajournée, en raison du coronavirus. C’est une visite « de travail et d’amitié », lit-on dans un communiqué du palais présidentiel tunisien. Elle sera l’occasion de consolider les relations bilatérales entre les deux pays et d’échanger sur la situation économique et sécuritaire en Tunisie.

Emmanuel Macron et Kaïs Saïed doivent aussi se pencher sur les derniers développements du dossier libyen. Ce pays possède une frontière de 460 km avec la Tunisie et l'insécurité en Libye pèse lourdement sur la stabilité politique et économique tunisienne.

La neutralité de Tunis mise à rude épreuve

Tunis, en effet, qui a toujours fait de la neutralité un principe en matière de politique étrangère, se trouve aujourd'hui dans une position difficile. Le pays est divisé avec notamment les partis de la mouvance de l'islam politique qui prennent parti pour les islamistes libyens et pour l’intervention turque en Libye.

Ainsi, les positions de Rached Ghannouchi, chef du Parlement et président du parti Ennahdha, ne sont pas passées inaperçues et lui ont valu deux interrogations au Parlement, depuis le début de l'année, et une motion de censure, au début de ce mois de juin. On l’accusait alors d’avoir un agenda secret non rapporté sur celui du Parlement.

Par ailleurs, sa visite, en janvier, à Ankara et ses récentes félicitations à Fayez el-Sarraj pour avoir vaincu Khalifa Haftar dans l'ouest libyen, ont beaucoup agacé, au point que c’est le président lui-même qui est sorti de son silence pour faire une mise au point, en mai dernier. Ce dernier a accusé Ghannouchi de dépasser ses prérogatives en se mêlant de la politique étrangère, chasse gardée de la présidence, selon la Constitution. « Il n y’a qu’un seul président en Tunisie », avait alors martelé Kaïs Saïed.

Pour les partis laïques, il est clair que le président turc, Erdogan, nostalgique de l'empire ottoman, essaye de rallier les islamistes tunisiens, comme partout en Afrique du nord, à ses causes en Libye.

Une aide financière pour la Tunisie

La visite du chef de l’Etat tunisien à Paris intervient également au moment où la France multiplie les contacts internationaux pour développer une position commune vis-à-vis de la Libye. Sur fond de tension avec Ankara, le ministre français des Affaires étrangères recevra d’ailleurs, ce lundi, son homologue grec, avant de faire le déplacement à Londres et à Berlin pour discuter précisément de la Libye, de la Turquie et de l’Otan.

Parmi les autres dossiers prioritaires figurent la coopération sécuritaire en méditerranée et l’aide financière à la Tunisie qui traverse la plus mauvaise crise économique, depuis son indépendance. « Il va y avoir des annonces au niveau financier », affirment ainsi des sources tunisiennes.

Enfin, le dossier de la colonisation s'invite aussi au programme de cette visite. Il y a moins d’une semaine, le parlement tunisien a rejeté une motion qui demandait officiellement à la France de formuler des excuses pour les « crimes commis selon le texte pendant et après la colonisation ». Une proposition qui émanait de la nouvelle formation islamo-nationaliste et radicale al-Karama. L’idée est néanmoins visiblement partagée par une marge importante de la société tunisienne, elle figure aussi parmi les recommandations de l’Instance vérité et dignité qu'a dirigé Sihem Bensedrine et qui a demandé à la France de présenter des excuses.

► À lire aussi: Libye-Tunisie: le rapatriement d'armes françaises tourne au feuilleton

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.