Accéder au contenu principal

Attaque de Kafolo: le chef du commando terroriste a été arrêté

Douze militaires ivoiriens ont péri dans l'attaque de Kafolo le 11 juin, six autres ont été blessés
Douze militaires ivoiriens ont péri dans l'attaque de Kafolo le 11 juin, six autres ont été blessés RFI/Pierre Pinto
Texte par : RFI Suivre
2 min

Le ministre ivoirien de la Défense a annoncé ce lundi matin l’arrestation du chef du commando terroriste qui a attaqué un poste de l’armée dans le nord du pays il y a deux semaines, ainsi que plusieurs de ses hommes.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Sidi Yansané

C’est lors d’une visite des troupes au nouveau camp militaire d’Akouedo à Abidjan que le ministre de la Défense et Premier ministre par intérim Hamed Bakayoko a annoncé la capture du meneur du commando jihadiste, responsable de l’attaque du poste de l’armée de Kafolo à la frontière burkinabé, le 11 juin dernier.

Après une minute de silence en hommage à la dizaine de militaires morts au combat, le ministre précise que le chef terroriste a été interpellé ce dimanche, sans dévoiler son identité et les circonstances de son arrestation. Hamed Bakayoko révèle également l’arrestation d’un nombre important de personnes ayant participé à l’attaque, avec pour preuves à l’appui des photos retrouvées dans leurs téléphones portables.

C’est la deuxième offensive jihadiste en sol ivoirien depuis l’attentat meurtrier de la plage de Grand-Bassam en 2016. Avec l’émergence des actions terroristes dans les pays de la côte atlantique, la Côte d’Ivoire a renforcé la surveillance de ses frontières avec le Mali et le Burkina Faso, et mène désormais des opérations militaires conjointes avec ses voisins.

Durant son discours, le ministre de la Défense a fait connaître la tenue prochaine d’une cérémonie à la mémoire des soldats tombés à Kafolo, avec la présence du président Alassane Ouattara.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.