Accéder au contenu principal

Djibouti: des militaires affichent leur soutien au pilote détenu Fouad Youssouf Ali

Vue d'une rue de la ville Djibouti en 2016 (image d'illustration).
Vue d'une rue de la ville Djibouti en 2016 (image d'illustration). Flickr.com CC BY 2.0 Francisco Anzola
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Fouad Youssouf Ali, ce pilote djiboutien déserteur, est accusé de trahison et risque la prison à vie. Cette affaire entraîne un mouvement de grogne dans le pays. Plusieurs militaires ont affiché leur soutien au lieutenant.

Publicité

Avec notre correspondant régional à Nairobi, Sébastien Németh

Lundi soir à Djibouti-ville, des manifestants ont exigé la libération de Fouad Youssouf Ali. La grogne continue deux mois après l’incarcération du pilote. « Avec un élément déclencheur, on sait comment ça peut finir. On a un risque d’instabilité avec ce régime aveuglé qui utilise la force », dénonce l’opposant Abdourahman Mohamed Guelleh.

« Djibouti est le pays le plus stable de la région et nous sommes dans un État de droit », rétorque Daoud Houmed, porte-parole de la majorité.

L’épouse de Fouad Youssouf Ali a diffusé une vidéo où elle sous-entend que le pouvoir aurait introduit volontairement le Covid-19 dans la prison. « Il n’y a pas de cas à Gabode et plus de 200 détenus ont été libérés pour désengorger », répond Daoud Houmed.

Menace de reprise de sa grève de la faim

Le pilote a en tout cas stoppé sa grève de la faim, mais il pourrait la reprendre affirme son avocat. « J’essaie de le dissuader. Mais sa santé se détériore », explique Me Zacharia Abdullahi, qui devrait la semaine prochaine déposer une nouvelle demande de liberté provisoire, ou d’hospitalisation urgente. « Mon client a aussi reçu la visite d’émissaires lui promettant d’être réhabilité s’il demande l’arrêt des manifestations. Ce sont des mensonges », dit-il. En tout cas selon une bonne source, un interrogatoire du lieutenant serait prévu dans les prochains jours.

Enfin Deka Issa Douhour, caporal de la garde républicaine qui avait annoncé sa démission en soutien au déserteur, est détenue depuis le 12 juin. Selon une bonne source, elle aurait violé son devoir de réserve et risquerait une sanction disciplinaire. Mardi dans une vidéo, son père Issa Douhour Hersi, ancien gendarme, a imploré le président Ismaël Omar Guelleh de libérer sa fille.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.