Accéder au contenu principal

Derrière Henri Konan Bédié, les caciques du PDCI jouent des coudes pour la succession

Henri Konan Bédié
Henri Konan Bédié SIA KAMBOU / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Côte d’Ivoire, le PDCI se dirige vers une candidature unique d’Henri Konan Bédié à l’investiture du parti pour la course à la présidentielle d’octobre prochain. Les challengers potentiels et plus jeunes ne manquent pas. Pourtant, ils ont majoritairement choisi de se ranger derrière leur chef, malgré son âge avancé de 86 ans. Car au-delà de la présidentielle, l’autre enjeu pour les cadres du PDCI, c’est leur avenir politique au sein du parti.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan,  Sidi Yansane

Quelque soit le score d’Henri Konan Bédié au scrutin présidentiel d’octobre, le PDCI subira nécessairement une restructuration. L’ex-chef d’État ivoirien se faisant vieillissant, les caciques se positionnent pour obtenir ou conserver une place de choix au sein du parti.

Par exemple, Maurice Kakou Guikahué, 69 ans, secrétaire exécutif, numéro 2 du parti, ami fidèle de 30 ans de Bédié. Pour celui qui « n’a pas de titre mais cumule tous les privilèges », affirme le politologue Sylvain N’Guessan, la gestion ultra-verticale au sein du PDCI en fait son successeur naturel à la présidence du parti.  

Parmi les caciques quinquagénaires, on peut citer Kouadio Konan Bertin, dont la candidature à l’investiture a été rejetée cette semaine. Un deuxième affront de la part du turbulent ex-député de Port-Bouët, qui s’était déjà présenté en indépendant à la présidentielle de 2015, et qui espère que son audace séduira les jeunes militants du vieux parti.

Il y a aussi les ex-ministres Jean-Louis Billon et Thierry Tanoh, déjà identifiés comme présidentiables. Pour l’analyste Sylvain N’Guessan, l’homme d’affaires Billon a de quoi devenir le principal bras financier du parti, et les qualifications du technocrate Tanoh jouent en sa faveur.

Dans ce « jeu de rôle à plusieurs cartes », les barons du PDCI se préparent à l’après-Bédié, et à écrire une nouvelle page de l’histoire de l’ancien parti unique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.