Accéder au contenu principal

Kenya: Uhuru Kenyatta décide la réouverture du pays pour relancer l'économie

Le président Kenyatta à Nairobi, le 11 février 2020.
Le président Kenyatta à Nairobi, le 11 février 2020. REUTERS/Njeri Mwangi/File Photo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Uhuru Kenyatta fait le choix de l’économie. Pour son huitième discours à la nation depuis le début de la pandémie, le président kényan a décidé de largement rouvrir le pays afin de laisser l’activité reprendre. Un choix risqué alors que le nombre de malades augmente fortement ces derniers jours.

Publicité

Avec notre correspondant à Nairobi,  Sébastien Nemeth

Le discours était très attendu. Et la population appelait largement à une réouverture du pays tant les difficultés économiques devenaient de plus en plus pénibles pour les Kényans. Uhuru Kenyatta a donc tranché. Les confinements partiels de Nairobi, des comtés de Mandera et Mombasa sont levés. Le 15 juillet les vols domestiques reprendront, puis ce sera au tour des vols internationaux le 1er août. Les lieux de culte peuvent de nouveau accueillir du public dans certaines limites.

Le chef de l’État a estimé que le pays n’était pas prêt à 100%, mais qu’il l’était suffisamment pour permettre une relance. Pendant trois semaines, l’évolution de l’épidémie va être suivie de près et si la situation se détériore à nouveau, Uhuru Kenyatta a prévenu qu’il faudrait reprendre le confinement.

Le dilemme était délicat. Le pays vient de passer la barre des 8000 malades, battant à plusieurs reprises le record de cas quotidiens. Mais en face, le Kenya voyait son économie dérailler avec des prévisions de croissance divisées par deux. Uhuru Kenyatta a donc choisi la relance, tout en maintenant certaines barrières. Le couvre-feu ainsi que les limites imposées aux bars, restaurants, enterrements, mariage sont maintenues pour un mois. Le président a toutefois appelé chaque Kényan à une prise de conscience.

Il leur a demandé de ne pas se relâcher, de maintenir les mesures d’hygiènes mais aussi de repenser l’économie du pays alors que les Kényans vont devoir apprendre à vivre avec le coronavirus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.