Accéder au contenu principal

Sénégal: une pluie de grêle fait des dégâts matériels en Casamance

Vue d'une partie de la forêt de Casamance, non loin de Ziguinchor. (Image d'illustration)
Vue d'une partie de la forêt de Casamance, non loin de Ziguinchor. (Image d'illustration) Wikimedia Commons
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Des pluies de grêle se sont abattues il y a quelques jours dans la région d’Oussouye, en Casamance, dans le sud du Sénégal. Des toitures de maisons ont été abîmées et les habitants sont inquiets. C’est un épisode météorologique très rare dans le pays, mais qui pourrait devenir de plus en plus fréquent.

Publicité

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Des glaçons de la taille de grosses billes. Dans une vidéo diffusée ces derniers jours, les grêlons pleuvent sur le village de Diakène Diola. Même phénomène observé jeudi dernier dans la localité voisine, Diakène Ouolof.

Famara Demba, directeur de la radio communautaire Kabisseu FM, à Oussouye, n’avait jamais vu cela. Il a constaté les dégâts : « Nous avons compté, au niveau du village Diakène Diola, vingt maisons où la toiture était carrément endommagée, il fallait changer complètement les tôles. Quand les glaçons tombaient, c’était carrément un trou. À Diakène Ouolof, ils ont fait état de sept maisons endommagées. »

Un phénomène très localisé et de courte durée. « La majeure partie des nuages que vous voyez en blanc en général sont des glaces. Quand les glaces tombent, ça tombe à une vitesse tellement grande, tellement forte que l’atmosphère n’a pas le temps de transformer en eau », explique le docteur Ousmane Ndiaye, de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie.

Des pluies de grêle ont déjà été observées ces dernières années dans d’autres localités du Sénégal. Si elles restent rares, elles pourraient se répéter, selon Ousmane Ndiaye : « Il y a ce qu’on appelle le phénomène du changement climatique qu’on est en train de vivre. Les phénomènes extrêmes deviennent de plus en plus fréquents, donc les gens doivent prendre des précautions. C’est une nouvelle forme de vulnérabilité du climat. Il faut faire avec ».

Dans l’immédiat, les habitants de Diakène comptent sur la solidarité pour se loger, alors que la saison des pluies ne fait que commencer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.