Accéder au contenu principal

Coronavirus: une année scolaire blanche pour les élèves kényans

Les écoles sont fermées au Kenya depuis mars et certains élèves continuaient à étudier à la maison, mais le gouvernement a décidé que l'année scolaire serait blanche.
Les écoles sont fermées au Kenya depuis mars et certains élèves continuaient à étudier à la maison, mais le gouvernement a décidé que l'année scolaire serait blanche. AFP Photo/ Yasuyoshi Chiba
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les établissements scolaires kényans, dont les cursus se déroulent de janvier à décembre, sont fermés depuis mars. Alors que le taux d’infections au Covid-19 augmente fortement dernièrement, le gouvernement a dû se résoudre à maintenir les écoles primaires et secondaires fermées jusqu'à janvier 2021.

Publicité

Avec notre correspondant à Nairobi, Sébastien Németh

2020 sera finalement une année blanche pour le Kenya. Le ministère de l’Éducation a annoncé mardi l’annulation des examens à la fin du primaire et du lycée. Par voie de conséquence, l’ensemble des 17 millions de jeunes Kényans actuellement scolarisés resteront dans la même classe l’an prochain.

Fermés depuis mars, les établissements ne rouvriront d’ailleurs pas tous en même temps. Les institutions techniques reprendront en septembre, tout comme les universités, dont la relance se fera au cas par cas.

Décision prise avec les enseignants

Pour le primaire et le secondaire, la réouverture est même repoussée à janvier 2021. Et encore. « Seulement si le décompte quotidien des malades baisse pendant quatorze jours de suite. Cela voudra dire que le pic de l’épidémie sera passé », a déclaré le ministre de l’Éducation, George Magoha.

Une décision aux conséquences très lourde. C’est d’abord un coup d’arrêt à l’apprentissage. C’est aussi une charge supplémentaire pour les familles, déjà touchées par la pandémie et qui devront garder leurs enfants à la maison.

Une fois n’est pas coutume, la décision gouvernementale est soutenue par les syndicats, qui ont été impliqués dans la décision. « La sécurité des élèves et des enseignants est cruciale. L’aplatissement de la courbe nous guidera », a réagi William Sossion, secrétaire général du syndicat des enseignants.

► À lire aussi : Au Kenya, Uhuru Kenyatta décide la réouverture du pays pour relancer l'économie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.