Accéder au contenu principal

Madagascar: la société civile interpelle l'État sur la gestion de la pandémie

Beaucoup de Malgaches ont du mal avec le retour du confinement dans la capitale Antananarivo.
Beaucoup de Malgaches ont du mal avec le retour du confinement dans la capitale Antananarivo. RIJASOLO / AFP

Pendant quinze jours, la Plate-forme des organisations de la société civile de Madagascar (PFNOSCM), qui regroupe près de 3 000 associations, a tenu des consultations sur la situation dans laquelle se trouve la Grande Ile face aux crises sanitaire, sociale et économique engendrées par le coronavirus. Pour elle, les autorités ne soutiennent pas assez les Malgaches, que ce soit dans la capitale à nouveau confinée ou dans les autres régions.

Publicité

Une stratégie de lutte contre le Covid-19 pas adaptée aux contextes locaux. Voilà ce que dénonce la Plate-forme des organisations de la société civile de Madagascar. La majorité des Malgaches ne peut plus supporter un confinement sans mesures d'accompagnement efficaces, explique-t-elle. Si des aides alimentaires et financières ont été mises en place par les autorités, elles restent ponctuelles et insuffisantes. « Elles ne permettent pas aux habitants de rester chez eux plusieurs jours et ont été aussi parfois détournées. Le confinement est nécessaire pour limiter la propagation du virus mais il faut que les mesures de soutien suivent », précise Mahamoudou Ndriandahy, le président de cette plate-forme.

Davantage d'autonomie

La société civile regrette aussi le déploiement de forces de l'ordre armées et de blindés dans les rues pour imposer la discipline. Des conditions de vie difficiles pas seulement pour les Tananariviens, à nouveau confinés depuis lundi, tient à faire remarquer Mahamoudou Ndriandahy. « Même si c'est l'Analamanga, la région de la capitale, qui est de nouveau confinée, les impacts se répercutent au niveau de tous les Malgaches », souligne-t-il. Baisse du pouvoir d'achat, pertes d'emplois et entreprises à l'arrêt, entre autres, touchent toutes les régions.

Si la plate-forme approuve la décision de l'État de restreindre la circulation entre régions pour éviter une plus grande propagation du Covid-19, elle demande toutefois au pouvoir central de laisser plus d'autonomie aux autorités locales pour une meilleure gestion de la crise, adaptée à chaque zone de la Grande Île. Elle réclame aussi la publication de statistiques transparentes « par région, district et commune pour que les citoyens puissent se rendre compte de la gravité de la pandémie et prendre par eux-mêmes les mesures qui s'imposent ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.