Accéder au contenu principal

Nigeria: le directeur de l'agence anticorruption dans le collimateur de la justice

Vue d'Abuja, capitale fédérale du Nigeria.
Vue d'Abuja, capitale fédérale du Nigeria. Wikimedia Commons/Bryn Pinzgauer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Nigeria, l'EFCC, l'agence nationale de lutte contre les crimes financiers, est dans la tourmente. Son président Ibrahim Magu a passé les trois dernières nuits dans une cellule de prison à Abuja. Il est visé par une enquête à la suite d'accusations de détournements de fonds.

Publicité

Le patron de l'agence anticorruption a été interpellé dans son bureau d'Abuja avant d'être placé en détention. Depuis trois jours, les enquêteurs interrogent Ibrahim Magu sur ses activités après une série d'accusations ces derniers mois.

Le ministre nigérian de la Justice soupçonne le président de l'EFCC de s'être approprié des biens saisis pendant des perquisitions. Un détournement supérieur à 100 millions de dollars américains, selon une note destinée au président Muhammadu Buhari qui a fuité le mois dernier.

Du côté de la présidence nigériane, c'est le silence radio depuis le début de l'affaire. Il faut dire que c'est le chef de l'État qui a nommé Ibrahim Magu à son poste il y a cinq ans alors que la lutte contre la corruption était l'une des priorités affichées par le président Buhari depuis son élection en 2015.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.