Accéder au contenu principal

Politiques et anonymes, sympathisants ou opposants: l'hommage unanime des Ivoiriens à Amadou Coulibaly

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly est décédé après un malaise survenu le mercredi 8 juillet à Abidjan.
Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly est décédé après un malaise survenu le mercredi 8 juillet à Abidjan. AFP/Issouf Sanogo
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Le décès soudain du Premier ministre ivoirien Amadou Coulibaly plonge la Côte d'Ivoire dans le temps uni de l'hommage et du deuil.

Publicité

Mercredi soir, la classe politique ivoirienne était véritablement en état de sidération, a constaté notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto. Elle rendait un hommage appuyé et unanime à Amadou Gon Coulibaly.

► À lire aussi : Côte d’Ivoire: mort du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly

La première réaction fut évidemment celle du président Ouattara, qui était très proche de son Premier ministre, un fidèle d'entre les fidèles.

Au RHDP, dont Amadou Gon Coulibaly était le candidat et le président du directoire, on resserre les rangs. L’heure est à l’émotion. Hamed Bakayoko, qui a assuré l’intérim lors de son absence ces deux derniers mois, publie l’une des toutes dernières photos du défunt prise, ce jeudi, avant le Conseil des ministres. « Tu demeureras un modèle pour moi », écrit le ministre de la Défense. Albert Toikeusse Mabri, qui avait émis des réserves en mars quant au choix de Gon Coulibaly comme candidat du RHDP, salue aussi sa mémoire : « Salut mon allié, Salut le Lion ! », écrit-il. Marcel Amon Tanoh qui, lui aussi, était défavorable à ce choix, adressait hier soir un message personnel à sa famille.

« Grand serviteur de l’État »

Henri Konan Bédié qui, sauf surprise, devrait être le candidat du PDCI à la présidentielle, salue de son côté un « grand serviteur de l’État » qui « reste un exemple de loyauté et de fidélité dans le respect de ses convictions politiques ». L'ancien président a eu un mot pour son adversaire, Alassane Ouattara, qui « perd un fidèle et loyal collaborateur ». Le PDCI reporte d’ailleurs des rendez-vous de campagne comme une réunion qui était prévue ce matin avec les responsables des mouvements de soutien.

Guillaume Soro, candidat déclaré, a lui aussi une pensée pour le couple de l'exécutif qu’il sait « meurtri ». « Le jeu politicien n’a pas droit de cité en cette circonstance », ajoute-t-il. Pascal Affi N’Guessan, du FPI, exprime sa stupéfaction.

C'est avec une profonde émotion, une grande tristesse que nous avons appris la nouvelle du décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. C'est une très grande perte pour la Côte d'Ivoire et son parti, le RHDP. le Front populaire ivoirien et le président Affi N'Guessan expriment leur compassion émue au président du RHDP, M. Alassane Ouattara et adresse à la famille du défunt ses condoléances les plus attristées.

Jean Bonin Kouadio, secrétaire général adjoint chargé de la communication du FPI

Dernier communiqué en date, ce jeudi matin, celui du FPI pro-Gbagbo. « Au nom de son président, Laurent Gbagbo, le FPI s’incline avec respect devant la mémoire du grand serviteur de l’État qu’a été l’illustre disparu », écrit le secrétaire général Assoa Adou, qui rappelle qu’Amadou Gon Coulibaly a été ministre de l’Agriculture de Laurent Gbagbo. « La disparition du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly est donc ressentie par le président Laurent Gbagbo comme celle d’un ancien compagnon, d’un ancien collaborateur et d’un frère », dit encore ce communiqué.

Des condoléances exprimées encore par Georges Armand Ouegnin d’EDS, un soutien de Laurent Gbagbo, ou encore par Mamadou Koulibaly, autre candidat déclaré du parti Lider. Tous des adversaires politiques, mais qui ont aujourd’hui remis l’épée au fourreau pour une sorte de trêve politique dont on ne sait trop combien de temps elle va durer.

Le deuil avant les questions politiques

La rue ivoirienne est également sonnée. Quelques heures après l’annonce du décès du Premier ministre, les habitants de la commune de Cocody parlent d’un choc et font part de leur tristesse. Sympathisants ou opposants, tous regrettent la perte d’un homme d’État :

« Franchement, on est tous en deuil. Cela nous fait mal, parce que c'est quelqu'un qui allait occuper la fonction de président de la Côte d'Ivoire. Et aujourd'hui, on réalise qu'il est décédé », regrette ce jeune homme. « Cela m'a surpris, parce que quand on a vu le retour du Premier ministre à la télévision, je voyais un Monsieur en pleine forme », dit un autre. « C'est un sentiment de grande perte. C'est un deuil national, ça touche toutes les familles de Côte d'Ivoire, le gouvernement... », renchérit encore un autre.

Sur les réseaux sociaux également, des centaines de messages d’anonymes ont suivi l’annonce du décès. « Repose en paix le Lion » sera le message le plus partagé, pour honorer la mémoire de celui que certains voyaient déjà comme le futur président du pays.

L’heure est donc au deuil et bientôt aux obsèques nationales. L’avenir du pays et les questions autour de la course présidentielle ne sont évoqués que du bout des lèvres. « Présentement, on est dans le deuil, les histoires de campagne peuvent attendre », affirme un monsieur d'âge mûr. D'autant qu'il n'y a, pour le moment, que des questions. « Qui va poursuivre l'oeuvre de Ouattara, qui a décidé de ne pas être candidat ? », se demande ainsi un Abidjanais au micro de RFI. De nouvelles incertitudes qui viennent s’ajouter à d’autres à moins de quatre mois de cette présidentielle.

Décès d'Amadou Gon Coulibaly en Côte d'Ivoire: réécoutez notre édition spéciale de ce jeudi matin avec nos invités et correspondants

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.