Accéder au contenu principal

Mali: les tensions persistent à Bamako au lendemain de la manifestation contre IBK

Des barricades dressées par les manifestants sur le pont des Martyrs à Bamako, le 11 juillet 2020.
Des barricades dressées par les manifestants sur le pont des Martyrs à Bamako, le 11 juillet 2020. MICHELE CATTANI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'atmosphère reste tendue au Mali, au lendemain du troisième acte de la mobilisation contre le président Ibrahim Boubacar Keïta.Selon le Premier ministre au moins quatre personnes ont été tuées et une cinquantaine blessés au cours des manifestations. Au moins cinq opposants ont été arrêtés ce samedi.

Publicité

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Au lendemain de la manifestation contre le président IBK à Bamako, les arrestations se poursuivent au Mali, essentiellement dans les rangs de l'opposition. Deux autres de ses leaders ont été arrêtés ce samedi après-midi. Il s'agit de Choguel Maïga et de Mountaga Tall. « Je ne peux pas vous parler, je suis au camp 1 de la gendarmerie », a écrit l'un d'eux à RFI. Vendredi, déjà, au moins deux leaders avaient été interpellés après la manifestation.

Par ailleurs, une fausse alerte a fait part ce samedi de l'arrestation de l'imam Dicko. Bien que l'intéressé ait immédiatement démenti, de nombreux fidèles se sont dirigés vers son domicile. En début de soirée ce samedi 11 juillet, au moins cinq responsables de l'opposition malienne étaient aux arrêts.

► A lire aussi : Mali: au moins quatre morts et des arrestations en marge de la manifestation contre IBK

Alors que la situation dans la capitale s'était apaisée ce samedi matin, elle s'est de nouveau détériorée dans l'après-midi. Place de l'Indépendance, des jeunes ont dressé des barricades pour bloquer la circulation. La route depuis l'aéroport était également barrée par des pneus. La situation était également tendue au siège de la CMAS, le « quartier général » de l'opposition, où les forces de l'ordre sont intervenues.

La situation restait tendue ce samedi soir dans plusieurs endroits de la capitale, où des civils affirmaient protester contre ces interpellations. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui tentaient de bloquer la circulation.

Suite à ces troubles, les plus graves qu'ait connu la capitale malienne depuis des années, le Premier ministre Boubou Cissé s'est rendu à l'hôpital de Bamako. A l'issue de cette visite, il a fait le point sur la situation avant d'appeler au dialogue.

Le président de la République, le chef de l'Etat, est un homme de paix, c'est un homme de dialogue et en ce sens, il ne cessera pas de nous exhorter à nous écouter et à trouver des solutions à nos problèmes.

Le Premier ministre malien, Boubou Cissé

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.