Accéder au contenu principal

RDC: le ministre de la Justice Célestin Tunda démissionne

Le vice-Premier ministre en charge de la Justice et garde des Sceaux, Célestin Tunda, démissionne de ses fonctions.
Le vice-Premier ministre en charge de la Justice et garde des Sceaux, Célestin Tunda, démissionne de ses fonctions. RFI/Pascal Mulegwa
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En République démocratique du Congo, Célestin Tunda Ya Kasende a déposé sa démission, ce samedi 11 juillet, auprès du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Il quitte son poste de vice-Premier ministre, ministre de la Justice et garde des Sceaux qu’il occupait depuis septembre 2019. Il lui est reproché d’avoir transmis les observations du gouvernement au sujet des propositions de loi sur la réforme de la justice à l’Assemblée nationale, sans avoir reçu l’autorisation du Conseil des ministres.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Le contact était rompu entre le ministre de la Justice Tunda ya Kasende et le président Félix Tshisekedi. Tunda ya Kasende était même banni du Conseil des ministres.

Félix Tshisekedi n'a pas caché sa colère en apprenant que le garde des Sceaux avait transmis à l’Assemblée nationale des observations du gouvernement sur ces propositions de loi, sans avoir reçu le quitus du conseil des ministres. Sa démission a été rapidement réclamée par la famille politique du président de la République.

Des manifestations ont également été organisées par l’UDPS, le parti de Tshisekedi et certains biens immobiliers identifiés comme appartenant aux cadres du PPRD, de Joseph Kabila, ont été particulièrement ciblés.

Le bras de fer

L’affaire a pris une autre allure quand ce poids lourd du PPRD a été interpellé, le 26 juin. Le camp Joseph Kabila s'est alors mobilisé, apportant son soutien à Célestin Tunda et dénonçant un « recul de la démocratie » et un « acte d’intimidation ».

Dans la foulée, le Premier ministre Ilunga Ilunkamba, du PPRD également, a publié un communiqué dans lequel il demandait ouvertement au chef de l’État de faire respecter l’État de droit et de saisir le Conseil supérieur de la magistrature pour sanctionner le Procureur général près la Cour de cassation, à la suite de cette interpellation.

Vendredi, avant le début de la réunion du conseil des ministres, Felix Tshisekedi a reçu le Premier ministre. Selon plusieurs sources à la présidence de la République, il lui a signifié sa détermination à continuer de travailler avec le Front Commun pour le Congo (FCC) dans la cadre de la coalition. Cependant, il a insisté sur le fait que sa confiance avait été trahie et qu’il souhaitait de ce fait que le que le vice-premier, ministre de la Justice, Tunda Ya Kasende, quitte le gouvernement.

Selon le compte du rendu de la réunion du conseil des ministres, les deux partenaires de la coalition ont été invités à une concertation permanente sur des questions fondamentales d’intérêt national.

Cohésion à rude épreuve

Avec cette démission, la cohésion du gouvernement de coalition est mise à rude épreuve dans un contexte dominé également par les tensions autour de la désignation des futurs membres du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Interrogé par RFI, Tunda Ya Kasende calme le jeu. Il explique qu’il fallait tenir compte des éléments du contexte politique. Il considère sa démission comme, dit-il, « un devoir patriotique ».

Il explique qu’« il ne faut pas prendre les choses dans le mauvais sens ». « Il faut positiver ce qui est arrivé, estime-t-il. C’était important et nécessaire pour la nation, nécessaire pour renforcer la coalition ». Tunda Ya Kasende ajoute qu’il reste au service de la République pour toute autre charge publique.

En dépit du ton apaisant employé par Tunda Ya Kasende, la tension est toujours vive entre les deux camps. Le PPRD a même annoncé plusieurs autres marches en réactions aux manifestations organisées par l’UDPS.

► À lire aussi: RDC: le ministre de la Justice interpellé puis libéré

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.