Accéder au contenu principal

Tchad: deuxième audience dans le procès d'un vaste réseau de trafic de drogue

Soldats tchadiens devant le tribunal de Ndjamena (image d'illustration).
Soldats tchadiens devant le tribunal de Ndjamena (image d'illustration). Thomas SAMSON/Gamma-Rapho via Getty Images
Texte par : RFI Suivre
1 mn

La deuxième audience du procès du Tramadol ouvert il y a deux semaines s’est tenu vendredi 10 juillet. L’affaire concerne un vaste réseau de trafic de drogue en direction de la Libye qui implique des officiers et des membres des services de renseignement. Vendredi, le tribunal est entré dans le fond du dossier en interrogeant les mis en cause qui ont tous nié les faits.

Publicité

Avec notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

Le tribunal a dû diviser les accusés en trois groupe pour mener son instruction. S’inspirant des procès-verbaux de la police judiciaire, chaque accusé a été interrogé sur le rôle qu’il a joué dans ce trafic dont le produit est estimé à des milliards de francs CFA.

Les accusés ont systématiquement nié les faits, dénonçant parfois un règlement de compte. Un des accusés, que le procureur de la République a cité comme ayant tenté de le corrompre, a lui aussi nié les faits.

Tout au long de l’audience, de nouveaux noms sont apparus, notamment celui de Yossoubo, le cerveau du trafic qui se trouve en Libye, donc hors de portée de la justice tchadienne.

Le tribunal a tout de même convié quatre personnes à témoigner vendredi prochain. Parmi ceux-ci, le directeur général des douanes dont nombre d’avocats de la défense ont aussi réclamé l'audition.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.