Accéder au contenu principal

Tunisie: tensions dans la région sinistrée de Tataouine

Des dizaines de protestataires ont installé des tentes à proximité de la vanne d’El Kamour, qui relie un champ pétrolier à une station de pompage, et menacent de fermer.
Des dizaines de protestataires ont installé des tentes à proximité de la vanne d’El Kamour, qui relie un champ pétrolier à une station de pompage, et menacent de fermer. Fathi NASRI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les tensions persistent dans le Sud tunisien. Depuis des semaines, des protestataires réclament des investissements publics dans la région sinistrée de Tataouine. Le mouvement, qui semblait s’essouffler, reste actif, soutenu par une colère lancinante contre le pouvoir central.

Publicité

Avec notre correspondant à Tunis, Michel Picard

Le gouvernorat de Tataouine illustre la disparité de développement entre les régions côtières et les régions intérieures. Les taux de pauvreté et de chômage – à 30% – y sont les plus élevés du pays. Les promesses de recrutement, en 2017, de plus de 1 500 personnes dans des sociétés d’exploitation pétrolière de la région, n’ont pas été tenues. Aussi, les protestataires réclament-ils des embauches mais aussi une véritable politique de développement.

La fermeture de la frontière, très proche avec la Libye, en raison de la pandémie, a privé de revenus les habitants dont une large part vit de petits commerces informels et de contrebande.

À présent, des dizaines de protestataires ont installé des tentes à plusieurs heures de route plein sud, dans le désert, à proximité de la vanne d’El Kamour. Ils menacent de fermer cette conduite qui relie un champ pétrolier à une station de pompage.

La sécurité du site et d’une immense partie du désert, a été confiée à l’armée. Ce corps est aujourd’hui des plus respectés par la population et le jet de cocktails Molotov sur un véhicule de l’armée, ces derniers jours, dans la ville voisine de Remada, a été très critiqué.

La légitimité de cette bataille pour le développement d’une région marginalisée risque de se heurter à une opinion qui porte en estime l’armée tunisienne pour son intransigeance neutre, ces dernières années.

Le chef du gouvernement, qui a présenté ses excuses au nom de l’Etat pour les violences policières de juin à Tataouine, pourrait se rendre dans le gouvernorat en ce mois de juillet.

 À lire aussi: Tunisie: à Tataouine, la population soutient les manifestants

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.