Accéder au contenu principal

RDC: la dépréciation du franc congolais se poursuit

Des liasses de billets de francs congolais sur le sac d'une femme, à Kinshasa. (Image d'illustration)
Des liasses de billets de francs congolais sur le sac d'une femme, à Kinshasa. (Image d'illustration) Sonia Rolley/RFI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La monnaie nationale, le franc congolais, continue de se déprécier. Chez les cambistes, la barre historique d’un dollar américain pour 2 000 francs congolais a été franchie et dépassée. Dans ce contexte, l’augmentation des prix s’accélère et la situation devient de plus en plus difficile.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

La dépréciation du franc congolais continue. Bien plus, les réserves de change ont connu une baisse mensuelle de plus de 43 millions de dollars et s’élevaient à 879,47 millions de dollars fin juin. Ce niveau correspond à peine à 3,3 semaines d’importations des biens et services sur ressources propres.

Pour certains experts, la Banque centrale du Congo (BCC) ne joue pas correctement son rôle de gendarme et fait tourner la planche à billets pour couvrir le déficit budgétaire.

De son côté, la BCC relativise sa responsabilité. Son gouverneur, Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, explique que ces épisodes d’instabilité sont provoqués par d'importants déficits des finances publiques : les recettes ne sont pas suffisantes. Le gouverneur appelle surtout le gouvernement à davantage de discipline budgétaire.

Il appelle aussi le gouvernement à poursuivre avec une gestion des dépenses publiques sur base caisse, c’est-à-dire sur les recettes effectivement récoltées.

La semaine dernière, le comité de conjoncture économique du gouvernement avait reconnu que des efforts devaient être fournis tant par le ministre du Budget que celui des Finances en rationalisant et en hiérarchisant les différents paiements.

La tâche est d’autant plus difficile que les autorités doivent contrôler plusieurs paramètres économiques d’ici la fin de l’année afin que le gouvernement puisse entamer des discussions avec le Fonds monétaire international (FMI) pour la signature d’un éventuel programme économique triennal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.