Accéder au contenu principal

RDC: les partisans de Lamuka dans la rue contre le nouveau président de la Céni

Manifestation contre la nomination de Ronsard Malonda à la tête de la Céni, le 13 juillet à Kinshasa.
Manifestation contre la nomination de Ronsard Malonda à la tête de la Céni, le 13 juillet à Kinshasa. REUTERS/Benoit Nyemba
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des dizaines de milliers de militants de l’opposition ont manifesté ce lundi 13 juillet à Kinshasa à l’appel de la plateforme Lamuka contre les propositions de loi sur la réforme de la justice et pour s’opposer à l’opacité dans le processus de désignation du futur président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Reportage.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi

Commune de Kalamu. Alors que les militants tentent de s’organiser, la police s’interpose. La tension monte, des gaz lacrymogènes sont lancés et les militants se dispersent avant de se réorganiser une nouvelle fois. A leur tête, le député provincial Mike Mukebayi. Pour lui, c’est l’ancien président de la République, Joseph Kabila et allié de Félix Tshisekedi qui bloque. « J’appelle Mr Joseph Kabila à comprendre qu’il est temps aujourd’hui. Il est temps pour Kabila de négocier avec le peuple congolais. Demain, ce sera tard. »

La situation est beaucoup plus tendue dans la partie est de la ville. Ici, chemise de couleur verte, masque bien en place, Jean-Pierre Bemba, seul leader de la plateforme Lamuka présent à Kinshasa, marche accompagné de dizaines de milliers de personnes, parmi lesquelles certains membres des mouvements citoyens. « Je suis militant de la Lucha, je participe à la marche de Lamuka parce que c’est un droit. Nous ne voulons pas de Malonda à la tête de la Céni. Il a travaillé avec Kabila. On sait tout ça. On connaît », dit l'un d'eux.

Pour certains manifestants comme Michel, 21 ans, il faut tirer les leçons des scrutins passés pour mieux préparer les échéances électorales futures. « Nous ne souvenons des élections organisées par l’ancien bureau de la Céni dirigé par Corneille Nangaa. Nous vivons maintenant les conséquences de ces élections. Nous disons non à celui qui nous est présenté. Nous disons non également à l’alliance entre Tshisekedi et Kabila. »

Ces manifestations interviennent dans un contexte particulier. Parmi les revendications, il y aussi les conditions de vie qui deviennent de plus en plus difficiles à Kinshasa. « Nous n’avons pas d’emploi, déplore Jo, électricien. Je travaillais avec les Chinois, mais je n’ai plus de travail. Où pouvons-nous aller? Il y en a que pour eux. Nous refusons ».

Après environ 10 km de marche, les militants se retrouvent Place de l’échangeur où un cordon de la police est déployé. Le ton monte entre agents de l’ordre et manifestants quand ces derniers tentent de contourner le dispositif sécuritaire. Tirs de sommation et gaz lacrymogènes. La débandade. Quelques blessés sont signalés… Et Jean-Pierre Bemba est escorté par la police jusque chez lui. Il promet de mobiliser davantage si une famille politique impose son candidat et apporte déjà son soutien aux prochaines manifestations annoncées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.