Accéder au contenu principal

Soudan: la région du Darfour Nord placée en état d’urgence

Un soldat de la Minuad et des civils, dans une région du Darfour, en juillet 2008.
Un soldat de la Minuad et des civils, dans une région du Darfour, en juillet 2008. (Photo : Reuters)
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Depuis presque un mois, des manifestations pacifiques ne cessent de se répandre au Darfour. Des sit-in pacifiques apparaissent dans diverses villes avec des revendications récurrentes, comme une meilleure sécurité, la disparition des milices armées et des dirigeants corrompus issus de l’ancien régime.

Publicité

Avec notre correspondant à Nairobi,  Sébastien Németh

Le Major-Général Malik Al Tayeb Khojaly a placé le Darfour Nord sous état d’urgence jusqu’à nouvel ordre. Sa décision fait suite aux violences du week-end.

À Kutum, les forces de sécurité auraient démantelé un sit-in à coup de gaz lacrymogène et de balles réelles. Un commissariat et des véhicules auraient aussi été détruits. La force onusienne UNAMID a envoyé une équipe sur place ce lundi. À Fata Borno, des témoins accusent des inconnus armés d’avoir tiré sur un rassemblement local. Dans les deux cas, il y aurait des victimes, mais les chiffres sont très variables.

Le gouverneur du Darfour Nord a estimé que les revendications de base du mouvement étaient légitimes, mais que des éléments extérieurs cherchaient à exploiter la situation. Selon le Major-Général Al Tayeb, ces personnes veulent « créer de l’insécurité pour déstabiliser la région et relancer la guerre au Darfour ».

Souffler sur les braises du conflit avec les rebelles ? Possible, en pleines négociations de paix entre pouvoir central et mouvements armés.

Selon plusieurs sources, Khartoum viendrait même de se mettre d’accord sur le partage du pouvoir avec le SRF et le SLM Minni Minnawi. Une ultime phase de négociations sur les arrangements sécuritaires serait sur le point de commencer.

Pour l’instant, les violences n’ont pas fait dérailler le processus. Mais à mesure que l’on se rapproche d’un accord, le moindre incident pourrait tout faire échouer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.