Accéder au contenu principal

En Côte d’Ivoire, le FPI divisé cherche son candidat pour la présidentielle d’octobre

Pascal Affi N’Guessan et Laurent Gbagbo, en octobre 2009.
Pascal Affi N’Guessan et Laurent Gbagbo, en octobre 2009. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le parti a lancé, ce lundi 20 juillet, un appel à candidature pour la fonction suprême. Pour l’instant, seul Pascal Affi N'Guessan s’est déclaré candidat. Le dirigeant de la formation politique a préféré faire cavalier seul, alors que le parti est toujours coupé en deux à cause des divisions internes, et qu’une candidature de Laurent Gbagbo, toujours poursuivi par la Cour pénale internationale, est de plus en plus compromise.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Sidy Yansané

La réunification du Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo semble désormais compromise. L’espoir était encore permis suite à la rencontre à Bruxelles, en janvier, dernier de l’ex-président ivoirien et de Pascal Affi N'Guessan. Un congrès unitaire était même prévu pour le mois de mars, l’événement devant porter le « Woody de Mama », surnom de Laurent Gbagbo, à la tête d’un FPI réconcilié avec son ex-Premier ministre pour vice-président.

Un autre signe de réunion est apparu en mai dernier, lorsque la faction « Gbagbo ou rien », en sécession avec Affi N'Guessan depuis 2013, appelait ses militants à s’inscrire massivement sur les listes électorales, et donc cesser le boycott des urnes. Mais les négociations se sont interrompues le mois dernier, le camp de Pascal Affi N'Guessan dénonçant le choix unilatéral d’une alliance politique entre le camp adverse et le PDCI d’Henri Konan Bédié.

Un agenda « caché »

« Nous nous étions engagés dans un processus de réunification du parti, explique Issiaka Sangaré, le secrétaire général et porte-parole du FPI, mais nous avons bien constaté que, sur certaines questions, il y avait un agenda que je dirais caché. Et forts de cela, nous avions demandé une suspension, afin que nous soyons informés des raisons qui ont motivé la prise en compte d’autres alliances, alors qu’il nous paraissait plus essentiel que le parti soit uni et fort et cela engage la dynamique des alliances. »

Pour sa part, le FPI « Gbagbo ou rien » affirme officiellement ne plus vouloir commenter les choix d’Affi N'Guessan. La formation estime que la base électorale est de son côté, et n’a qu’un seul objectif : le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.