Accéder au contenu principal

Soudan: faute de place au tribunal, le procès d'Omar el-Béchir est reporté au 11 août

L'ancien président soudanais Omar el-Béchir à son arrivée au tribunal de Khartoum, le 21 juillet 2020.
L'ancien président soudanais Omar el-Béchir à son arrivée au tribunal de Khartoum, le 21 juillet 2020. Mohammed Abuamrain/AFPTV/AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le procès de l'ex-président Omar el-Béchir s'est ouvert ce mardi 21 juillet à Khartoum, la capitale soudanaise. Il est poursuivi pour avoir pris le pouvoir par un coup d'État il y a 31 ans, le 30 juin 1989. Omar el-Béchir comparaissait pour la première fois aux côtés de 27 co-accusés. Mais l'audience n'a duré qu'une heure et a été reportée au 11 août, faute de place dans la salle de tribunal.

Publicité

C'est vêtu d’un pantalon et d’une chemise beige qu'Omar el-Béchir, 76 ans, est apparu ce mardi 21 juillet dans la matinée, portant un masque et des gants, pandémie de coronavirus oblige. Il n’a fait aucune déclaration à son arrivée au tribunal où a débuté son nouveau procès.

La majorité des détenus portaient l’habit blanc traditionnel. Tous étaient regroupés dans des cages. Parmi eux figurent des militaires et des civils, d’anciens ministres, d’anciens vice-présidents comme Ali Osman Taha ou le général Bakri Hassan Saleh. Tous sont accusés d’avoir participé au coup d’État qui a renversé le gouvernement de Sadek el-Madhi le 30 juin 1989 et installé Omar el Béchir, chef de l’État, du gouvernement et des armées.

► À lire aussi : Soudan: les coulisses de la chute du président Omar el-Béchir

Impossible d'accueillir les 191 avocats de la défense

« Nous allons donner à chacun des 28 accusés la possibilité de se défendre », a indiqué le président de la cour, dès le début de la séance. Au-dessus de sa tête, se trouvait une banderole avec les inscriptions : « Si vous jugez les gens, faites-le avec justice. » Dehors, de nombreuses familles, qui n’ont pas pu entrer dans la salle comble, ont scandé « Allah Akhbar » (« Dieu est grand ») à l’arrivée des fourgons des détenus.

La police soudanaise a dû contrôler les civils qui manifestaient devant le tribunal de Karthoum où le nouveau procès de l'ex-président Omar el-Béchir a commencé, mardi 21 juillet.
La police soudanaise a dû contrôler les civils qui manifestaient devant le tribunal de Karthoum où le nouveau procès de l'ex-président Omar el-Béchir a commencé, mardi 21 juillet. Mohamed Nureldin Abdallah/Reuters

La séance n’a duré qu’une heure, la salle n’ayant pas pu accueillir les 191 avocats de la défense. Le procès a été reporté au 11 août. Outre ce procès pour coup d’État - et celui pour corruption pour lequel il a été condamné à une peine de deux ans de prison le 14 décembre 2019 - Omar el-Béchir est visé par deux autres procédures : celle pour la répression des manifestations qui ont mené à sa chute l’an dernier, et surtout celle de la Cour pénale internationale (CPI) pour génocide au Darfour.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.