Accéder au contenu principal

Afrique du Sud: décès d’Andrew Mlangeni, dernier compagnon de lutte de Nelson Mandela

Andrew Mlangeni, 95 ans, l’ancien co-accusé de Nelson Mandela qui a passé 26 années de sa vie en prison durant l'apartheid.
Andrew Mlangeni, 95 ans, l’ancien co-accusé de Nelson Mandela qui a passé 26 années de sa vie en prison durant l'apartheid. Siegfried Forster / RFI
Texte par : RFI Suivre
4 mn

L’Afrique du Sud vient de perdre une nouvelle grande figure de la lutte contre l’apartheid. Andrew Mlangeni s’est éteint la nuit dernière. Il venait de fêter ses 95 ans et depuis une semaine, il avait été admis dans un hôpital de Pretoria pour des douleurs abdominales.

Publicité

Avec notre correspondante à Johannesburg, Claire Bargelès

C’est une page de l'histoire du pays qui se tourne, puisque Andrew Mlangeni était le dernier survivant du procès de Rivonia. Un procès durant lequel il était « l’accusé numéro 10 » pour les magistrats. Aux côtés d’Ahmed Kathrada, de Walter Sisulu, et bien sûr de Nelson Mandela, Andrew Mlangeni a été condamné au bagne à vie en 1964 pour trahison et sabotage.

Il venait alors de rentrer de Chine, où il avait suivi une formation militaire, et s’était lancé en Afrique du Sud dans le recrutement de nouveaux membres pour la branche armée de l’ANC. Arrêté avec ses compagnons de lutte dans une ferme de la banlieue de Rivonia, il est envoyé sur Robben Island, où il sera le voisin de cellule de Mandela. Il restera emprisonné sur l’île pendant 26 ans.

Lors de l’avènement de la démocratie, Andrew Mlangeni est finalement resté assez discret sur la scène politique. Il se qualifiait lui-même « d’homme des coulisses », plus à l’aise dans le monde souterrain de la résistance que sous les feux des projecteurs, et s’est contenté d’un poste de député de l’ANC. Il n’hésitera pas, par la suite, à dénoncer les dérives et la corruption de son propre parti sous la présidence de Jacob Zuma.

La fin d'une génération

Depuis l’annonce de sa mort, ce mercredi matin, les hommages se succèdent. L’ANC le reconnait comme « l’un de ses combattants les plus remarquables » qui « considérait que la liberté du peuple était plus importante que sa propre vie ». Pour le président Cyril Ramaphosa, la nouvelle « marque la fin d'une génération et place notre avenir dans nos mains ».

Le décès d’Andrew Mlangeni fait suite à la disparition, un peu plus tôt dans l’année, de Denis Goldberg, un autre co-accusé de Rivonia. Selon le prix Nobel de la paix Desmond Tutu, « il revient maintenant aux plus jeunes de reprendre le bâton de témoin qu'ils ont tenu et de terminer le chemin ».

Et Andrew Mlangeni avait foulé le tapis rouge du festival de Cannes, en 2018, à l’occasion de la sortie du documentaire « L’État contre Mandela et les autres » de Nicolas Champeaux et Gilles Porte.

Tous ceux qui l'ont connu vous diront que c'était un homme bon.

Thuli Mlangeni, petite fille d'Andrew Mlangeni

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.