Accéder au contenu principal

RDC: nouvelle tension dans la coalition au pouvoir suite à des ordonnances présidentielles

Le président congolais Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila lors de la cérémonie d'investiture du nouveau chef de l'État à Kinshasa, le 24 janvier 2019. (Image d'illustration)
Le président congolais Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila lors de la cérémonie d'investiture du nouveau chef de l'État à Kinshasa, le 24 janvier 2019. (Image d'illustration) REUTERS/ Olivia Acland
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après les ordonnances présidentielles nommant des magistrats et des militaires, le FCC, dont est issu le Premier ministre, exprime son mécontentement. Sylvestre Ilunga Ilunkamba a publié un communiqué, s'inquiétant de n'avoir pas été informé de la prise de ces ordonnances. Sa famille politique dénonce une violation de la Constitution.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembe

Ces ordonnances avaient été contresignées par le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur qui assumait l'intérim du chef du gouvernement qui, lui, était en déplacement à Lubumbashi. Et l'appartenance de l'intérimaire au camp du président de la République pose problème, à en croire la famille politique de Joseph Kabila.

Pour les membres du FCC réunis mardi soir, le contreseing du Premier ministre constitue, au-delà de sa nature juridique, le gage des équilibres des pouvoirs entre le président et le Premier ministre qui est l'émanation de l'Assemblée nationale.

Par la voix de Willy Makiashi, le FCC accuse. « Toutes les ordonnances n’ont été proposées ni par le gouvernement ni par l’assemblée générale du Conseil supérieur de la magistrature, selon le cas. Encore moins délibérées en Conseil des ministres. On constate par ailleurs que le Conseil supérieur de la Défense n’a pas été consulté. »

Le général John Numbi, un des piliers du régime Kabila, se retrouve sans affectation après ces ordonnances présidentielles. Mardi, il a reçu le soutien des notables du FCC originaires du Grand Katanga. Au cours d'une excursion organisée sur le domaine privé du général, situé à 45 kilomètres de Lubumbashi, ces notables ont estimé que le haut gradé a subi « une humiliation ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.