Accéder au contenu principal

Madagascar: les syndicats de soignants soutiennent la démarche du ministre de la Santé

Le ministre de la Santé malgache, Ahmad Ahmad.
Le ministre de la Santé malgache, Ahmad Ahmad. http://www.sante.gov.mg
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Fédération syndicale du ministère de la Santé soutient la démarche de son ministre, le professeur Ahmad Ahmad. Ce dernier a adressé une lettre aux bailleurs de fonds internationaux dans laquelle il appelle à une aide urgente pour faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays. Matériel de soins et médicaments, entre autres, figurent sur la liste des besoins les plus pressants. Si le ministre a été désavoué quelques heures plus tard par le gouvernement malgache qui s'est dit consterné par ce courrier, les syndicats de soignants sont montés au créneau lors d'une conférence de presse, jeudi 23 juillet.

Publicité

Avec notre correspondante à Antananarivo,  Laetitia Bezain

Pour le personnel médical engagé dans la lutte contre le Covid-19, le contenu de la lettre du ministre de la Santé, le professeur Ahmad Ahmad, correspond tout à fait à la réalite du terrain. Cet appel à l'aide internationale est indispensable, explique Jerisoa Ralibera, le président du Syndicat des paramédicaux.

« C'est plus que nécessaire puisqu'on a lutté pendant quatre mois mais jusque-là nous n'avons pas réussi à maîtriser le coronavirus. Nous avons tant de fois demandé de nous fournir tout le nécessaire pour que l'on s'occupe sereinement de la lutte contre le Covid-19. Il y a un manque de matériel et de motivation du personnel de santé et c'est maintenant confirmé par la lettre d'appel de détresse du ministère. »

Dans sa missive, le ministre décrit « des hôpitaux submergés », « certains malades qui décèdent faute d'accès  aux soins » et « des agents de santé contaminés ».

« Le ministre a demandé du matériel, des médicaments, des équipements de protection et des indemnités pour le personnel de santé... et les membres du gouvernement lui ont donné tort. C'est pour cela que nous nous sommes réunis. Notre plateforme syndicale soutient cette stratégie. Nous savons qu'il a fait cela en toute bonne foi, pour parvenir à trouver ce matériel qui nous manque », justifie Abel Ranaivoson, président du syndicat des médecins fonctionnaires.

Une centaine de soignants ont été contaminés par le coronavirus et une dizaine en sont morts d'après les estimations des syndicats. Depuis le communiqué du gouvernement publié mardi qui désavoue sèchement le ministre de la Santé, le malaise est palpable et les autorités sont restées silencieuses sur cette divergence de point de vue au sein même de l'exécutif.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.