Accéder au contenu principal

Soudan: découverte d’un nouveau charnier avec les corps de 28 officiers de l’armée

Des soldats soudanais à Khartoum, le 31 août 2019.
Des soldats soudanais à Khartoum, le 31 août 2019. Ebrahim HAMID / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Selon le parquet, il s’agirait d’officiers impliqués dans une tentative de coup d’État en 1990 pour renverser l'ex-président Omar el-Béchir. Les corps ont été trouvés dans une fosse commune à Omdurman, ville jumelle de Khartoum. Il s'agit du second charnier découvert depuis la chute de l’ex-dictateur.

Publicité

Selon le procureur, il aura fallu trois semaines et la participation de 22 experts pour localiser le site du charnier. Une localisation rendue possible grâce aux informations recueillies par une commission d’enquête. Des opérations sont en cours pour exhumer les corps, indique le procureur, et des médecins procèdent à des tests pour les identifier.

Selon cette commission d’enquête, il s’agirait des corps d’officiers, arrêtés après avoir encerclé le quartier général de l’armée ainsi que plusieurs casernes. Et exécutés, après un procès rapide. Le lieu où ont été enterrés les corps n’a jamais été révélé. Le procureur a promis aux familles de ces officiers que justice sera faite.

Un autre charnier datant de 1998 avait été découvert

Ces exécutions remonteraient à 1990, soit un an après la prise de pouvoir d’Omar el-Béchir lors d’un un coup d’État. Le mois dernier, un premier charnier a été découvert. Il renfermait les corps de plusieurs dizaines de soldats exécutés en 1998, toujours par le régime de Béchir, alors qu’ils tentaient de déserter.

Pour le chercheur Jonas Horner, du groupe ICG, ces découvertes indiquent que dès la prise de pouvoir de Béchir il y avait dissensions. « Le fait que deux charniers aient été découverts l’un après l’autre en si peu de temps indique qu’une personne a des informations précises sur ces exactions ; et qu’elle a choisi de les révéler maintenant qu’elle se sent plus en sécurité. C’est important, cela montre que tout à coup, les secrets du régime Béchir – qui ont été si longtemps enfouis – sont en train de sortir », analyse le chercheur.

« Il est difficile de dire si la découverte de ces charniers a été planifiée pour coïncider  avec le procès actuel d’Omar el-Béchir pour coup d’État. Mais en tout cas ce procès, tout comme cette découverte, assurent une forme de protection pour le gouvernement de transition », poursuit ce spécialiste. Pour lui, ces deux évènements mettent en garde les militaires contre toute tentative de coup d’État contre l’actuel  gouvernement. Ils permettent de renforcer la détermination des Soudanais de poursuivre la révolution, la transition.

« Mais surtout, la découverte de ce charnier va faire taire les partisans de Béchir qui  dernièrement sont devenus de plus en plus critiques envers le gouvernement de transition. Il va désormais être très difficile pour les partis islamistes, pro-Béchir, de trouver un soutien parmi la population. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.