Accéder au contenu principal

Les États-Unis accusent à nouveau la Russie d'intervenir en Libye via les mercenaires de Wagner

Cette image, que l'AFP s'est procurée auprès de l'Africom le 15 juillet 2020, montre une mine anti-personnel dans une zone résidentielle de Tripoli, exemple d'objet lié au groupe Wagner, selon les Américains.
Cette image, que l'AFP s'est procurée auprès de l'Africom le 15 juillet 2020, montre une mine anti-personnel dans une zone résidentielle de Tripoli, exemple d'objet lié au groupe Wagner, selon les Américains. Handout / AFRICOM / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Cette intervention consisterait, selon le Pentagone, à livrer du matériel militaire et ainsi de violer de l'embargo des Nations unies sur les armes en la Libye. Ces dernières semaines, les États-Unis ont plusieurs fois publié des communiqués pour dénoncer l'implication russe en Libye. Ce que le Kremlin a toujours réfuté.

Publicité

Des images satellites diffusées par le Pentagone montrent, selon les Américains, plusieurs avions de chasse, des véhicules armés de batteries antiaériennes, et un véhicule blindé, pouvant résister à l'explosion de mines. Photos qui auraient été prises à Syrte et sur la base aérienne d'Al-Khadim, dans l'est de la Libye.

Cette photo satellite, que l'AFP s'est procurée auprès de l'Africom, dévoile le matériel mis à disposition par la Russie au groupe Wagner, selon les renseignements américains, à la base d'Al-Khadim, dont des chasseurs de combat, des missiles sol-air.
Cette photo satellite, que l'AFP s'est procurée auprès de l'Africom, dévoile le matériel mis à disposition par la Russie au groupe Wagner, selon les renseignements américains, à la base d'Al-Khadim, dont des chasseurs de combat, des missiles sol-air. US Africa Command / AFP

Les États-Unis estiment que ce matériel militaire est envoyé au groupe Wagner, un groupe privé de mercenaires russes réputé proche du président Vladimir Poutine et opérant sur le front libyen aux côtés du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, qui essaie de conquérir Tripoli par la force depuis plus d'un an.

► Lire aussi : Russie: Wagner, le bras armé privé de Moscou

Selon un rapport des Nations unies, ces mercenaires seraient plus d'un millier en Libye. Et la semaine dernière, l'Africom, le commandement américain pour l'Afrique, accusait déjà le groupe Wagner d'avoir poser des mines à Tripoli et aux environs.

Dans son communiqué, l'Africom affirme que « la Russie utilise le groupe Wagner en Libye pour établir une présence à long terme sur la mer Méditerranée ».

Jusqu'à présent, Moscou a toujours démenti ces accusations. Mais pour Washington, « l'implication de la Russie est évidente et le Kremlin ment à chaque fois qu'il le nie ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.