Accéder au contenu principal

Au Sénégal, l'opérateur Orange sous pression des consommateurs

Un bureau Orange à Ouakam, dans la banlieue de Dakar.
Un bureau Orange à Ouakam, dans la banlieue de Dakar. SEYLLOU / AFP
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Alors qu’il avait drastiquement baissé le prix de ses offres lors de l’arrivée de son concurrent Free en octobre 2019, le groupe Orange a revu à la hausse une partie de ses forfaits mobiles depuis le 22 juillet. De quoi faire bondir les consommateurs sénégalais qui menacent l’opérateur de résilier leurs abonnements en masse si les prix pratiqués ne sont pas revus à la baisse.

Publicité

Avec notre correspondante à Dakar,  Manon Laplace

Impossible de joindre Jaly Badiane sur son numéro Orange ce samedi 25 juillet. Afin de protester contre la hausse des tarifs, la journaliste et activiste avait coupé sa ligne. Très suivie sur les réseaux sociaux, elle appelle au boycott. « Ces offres ne correspondent pas au pouvoir d'achat des Sénégalais, surtout en ce contexte de Covid-19 où une crise sanitaire a entraîné une crise économique. Mais c'est la situation de monopole et le manque d'alternative qui font qu'Orange se donne la liberté de nous imposer un diktat de tarifs. »

Aliou Sané, coordonnateur du mouvement citoyen Y’en a marre, appelle lui-aussi à faire pression sur Orange. Pour marquer le coup, il a changé d’opérateur et découpé sa carte sim. «

Joint par RFI, Orange n’a pas souhaité s’exprimer au-delà d’un communiqué publié vendredi 24 juillet. Le groupe fait valoir des investissements visant au développement du réseau. « En quatre ans, les prix de l’internet mobile ont baissé en moyenne de 70% », revendique-t-il. Les consommateurs, eux, promettent de nouvelles journées de boycott et des résiliations de contrats si les tarifs ne sont pas revus à la baisse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.