Accéder au contenu principal

Coronavirus: le Maroc confine huit grandes villes du pays

Les boutiques à Marrakech vides du premier confinement, le 16 mars 2020.
Les boutiques à Marrakech vides du premier confinement, le 16 mars 2020. AFP Photos/Fadel Senna
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Maroc impose depuis ce 27 juillet 2020 des nouvelles mesures de confinement face à la propagation du Covid-19. La circulation est désormais interdite depuis et vers huit grandes villes du pays jusqu'à nouvel ordre. Le pays enregistre une accélération des contaminations depuis trois jours avec 2 000 cas supplémentaires officiellement recensés.

Publicité

Les autorités marocaines parle d'une hausse considérable des cas de Covid-19. Une augmentation due notamment au non-respect des mesures de prévention, d'après un communiqué conjoint des ministères de la Santé et de l'Intérieur du Royaume.

Deux régions concentrent deux tiers des nouvelles contaminations : celle de Casablanca-Settat, au centre du pays, et celle de Tanger, au Nord. Un foyer de Covid-19 s'est déclaré dans une usine de Berrechid, au sud de Casablanca. Au moins 200 des 3 000 salariés de ce site industriel ont été testés positifs ces trois derniers jours.

Services de santé saturés

À Tanger, des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des services de réanimations saturés avec des patients allongés à même le sol. Une équipe de médecins militaires a même été dépêchée sur place pour soulager les hôpitaux de la ville.

Six semaines après le début du déconfinement, l'inquiétude des autorités est de voir une explosion des cas pendant l'Aïd el-Kébir. La fête commence dans trois jours et elle est traditionnellement marquée par des réunions familiales.

L'interdiction des déplacements entre les grandes villes que sont Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech cherche donc à éviter une propagation de l'épidémie. Pour certains médecins contactés par RFI, il aurait même fallu interdire les célébrations de l'Aïd el-Adha.

L'Aïd est le moment des grands déplacements de population au Maroc... et ça va transmettre le virus au milieu rural. Il faut se poser la question : pourquoi l'Aïd n'a pas été annulé ?

Dr. Tayeb Hamdi, au micro de Benoît Almeras: « Il fallait limiter sinon interdire les grands déplacements »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.