Accéder au contenu principal

Madagascar: les médicaments plus chers et plus rares

Image d'illustration.
Image d'illustration. Reuters/Srdjan Zivulovic
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’inflation fait partie des effets de bord de la crise sanitaire. Hausse du prix des denrées, des produits de première nécessité, mais aussi des médicaments. Une spéculation difficile à vivre pour la population, déjà très affectée économiquement. Dans son intervention télévisée dimanche soir, le Premier ministre a annoncé que l’État prendrait des mesures pour contrôler le prix des médicaments. L’ordre des pharmaciens s’est dit prêt à coopérer.

Publicité

Avec notre correspondante à Antananarivo,  Sarah Tétaud

Tiana est diabétique. Depuis trois mois, à chaque passage dans les pharmacies de la capitale, le même dilemme : sur quel médicament va-t-elle devoir faire l’impasse ?

« Avec ma maladie, je prends beaucoup de médicaments et depuis le coronavirus, tous les prix ont augmenté. La vitamine C, le zinc... Même le prix du test des diabétiques (NDLR : test du taux d’insuline) a été multiplié par 2 ! »

Dans d’autres villes de province, la population est confrontée à une autre situation, comme l’explique cet habitant de la Cité des Fleurs : « À Mahajanga, il est un peu difficile de trouver certains médicaments, comme le Doliprane sécable, notamment. Les gens sont un peu inquiets en raison de la pandémie et ceux qui le peuvent ont tendance peut-être à stocker un peu plus que d’habitude. »

Interrogé par RFI, l’ordre des pharmaciens reconnait des tensions d’approvisionnement pour différents produits grand public plébiscités et massivement prescrits en cette période de crise sanitaire (tels que la vitamine C, le magnésium ou le paracétamol) mais écarte tout risque de pénurie.

La perturbation du fret aérien et maritime générée par la pandémie et le manque d’anticipation de la situation sanitaire sur l’île par les grossistes seraient les principales raisons à l’origine de ruptures de stocks dans certaines pharmacies, explique le groupement professionnel.

Concernant la hausse des prix pratiqués sur certaines références, « des efforts sont à faire pour quelques produits sensibles en lien avec le Covid-19 » admet-on du côté de l’ordre des pharmaciens. « Des discussions avec l’ensemble des acteurs sont actuellement en cours afin d’apporter une contribution et soulager la population. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.