Accéder au contenu principal

Présidentielle en Côte d’Ivoire: vers une alliance Bédié-Gbagbo-Soro contre Ouattara?

L'ancien chef de l'État ivoirien et président du PDCI, Henri Konan Bédié, lors d'un meeting à Daoukro, le 19 avril 2018.
L'ancien chef de l'État ivoirien et président du PDCI, Henri Konan Bédié, lors d'un meeting à Daoukro, le 19 avril 2018. SIA KAMBOU / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

À trois mois du scrutin, les annonces de candidature se multiplient, malgré la grande inconnue sur le parti au pouvoir RHDP, suspendu à la décision prochaine ďAlassane Ouattara. Le PDCI, première force d'opposition, a officiellement désigné Henri Konan Bédié comme candidat. Depuis sa rupture avec le chef de l’État en 2018, le ténor politique s'est rapproché de Laurent Gbagbo et il évoque même une alliance électorale avec le FPI et l'ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Sidy Yansané

Henri Konan Bédié a évoqué ce rapprochement, ce mercredi, lors d’un entretien avec nos confrères de France 24. À la question de savoir si une alliance électorale formelle avait été conclue avec Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, Henri Konan Bédié s’est contenté de répondre que cela allait de soi. Pour l’ex-chef d’État ivoirien, le candidat qui resterait dans la course en cas de second tour bénéficierait automatiquement du soutien des candidats malheureux. Un schéma qui résume parfaitement l’histoire des alliances politiques dans le pays.

Pour le moment, il y a bien une alliance politique entre les trois hommes, qui affichent un but commun : une réconciliation nationale véritable en Côte d’Ivoire, qui passe nécessairement, selon eux, par un départ du parti au pouvoir RHDP du président sortant Alassane Ouattara. Mais il n’y a pas encore d’alliance électorale officiellement et clairement définie.

Objectif commun : le départ du président Ouattara

Après son acquittement en première instance devant la Cour pénale internationale (CPI), il y a un an et demi, Laurent Gbagbo, toujours à Bruxelles, a reçu la visite d’Henri Konan Bédié. Une visite qualifiée d’historique tant les deux hommes partagent plus de différents que d’accords. En cas de victoire du PDCI, Laurent Gbagbo pourrait négocier son retour au pays, un retour d’ailleurs que soutient Henri Konan Bédié. Même analyse pour Guillaume Soro, l’ex-président de l’Assemblée nationale, en exil en France depuis décembre dernier suite à un mandat d’arrêt émis par les autorités ivoiriennes.

Malgré tout, les troupes de Soro comme celles de Gbagbo soutiennent avant tout une candidature de leurs chefs respectifs. Mais pour ces figures de la vie politique ivoirienne, qui ont autant été des adversaires que des alliés, il n’y a qu’un objectif commun : le départ du président Ouattara.

Dans l'alliance, nous sommes plusieurs, mais il va de soi que le mieux placé, s'il y a un deuxième tour, aura le soutien de tous les autres.

Henri Konan Bédié

Une alliance que confirme, Habib Sanogo, l'un des porte-paroles de Générations et peuples solidaires, le mouvement de l'opposant en exil Guillaume Soro. « Guillaume Soro s’est déjà prononcé à plusieurs reprises sur la question, en rendant public un accord avec le président Henri Konan Bédié, statuant qu’en cas de second tour, le candidat arrivé en troisième position apporte son soutien au candidat arrivé en deuxième position. Là-dessus, nous pensons que la majorité des leaders de l’opposition sont d’accord. Plus que de barrer la route au RHDP, c’est surtout de permettre à la Côte d’Ivoire de retrouver sa grandeur d’antan et de redevenir le pays démocratique auquel les Ivoiriens aspirent tous. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.