Maroc: RSF dénonce les pressions sur les journalistes pour «affaires de moeurs»

Le journaliste marocain Omar Radi (ici en mars 2020) est poursuivi dans deux dossiers.
Le journaliste marocain Omar Radi (ici en mars 2020) est poursuivi dans deux dossiers. REUTERS

Au Maroc, le journaliste Omar Radi a été placé en détention préventive pour deux affaires. Pour Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de Reporters sans Frontières, cela fait plusieurs années que des journalistes marocains sont poursuivis dans des affaires de moeurs. Il parle d'un véritable mode opératoire. 

Publicité

La première affaire dans laquelle Omar Radi, travaillant pour le site d’information marocain Le Desk, est mis en cause concerne, selon le communiqué du parquet, la « réception de fonds de parties étrangères en vue de porter atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat ». Elle avait été ouverte fin juin, au lendemain de la publication d'un rapport d'Amnesty International selon lequel les autorités marocaines espionnaient le téléphone d'Omar Radi.

La seconde enquête concerne une plainte pour viol, des faits qui n'avaient jamais été évoqués précédemment. Des journalistes marocains poursuivis dans des affaires de moeurs, c'est une pratique récurrente selon Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de Reporters sans Frontières. « Sur une année on peut compter trois affaires, rappelle t-il à Lucie Mouillaud du service Afrique de RFI. L'affaire de Taoufik Bouachrine qui croupit en prison pour harcèlement sexuel et traite d'être humain ».

À lire aussi Procès de Taoufik Bouachrine: «affaire politique» ou «histoire de mœurs»?

« Il y a eu l'affaire Hajar Raissouni [arrêtée en août 2019, condamnée dans une affaire d’avortement illégal et finalement graciée NDLR], qui a été graciée par le roi après une levée de boucliers des ONG qui défendent la liberté de l'information. Actuellement, il y a Soulaimane Raissouni[ rédacteur en chef du quotidien indépendant Akhbar al-Yaoum arrêté en mai 2020 NDLR ] qui est interrogé aussi dans une affaire de moeurs et on apprend donc qu'Omar Radi l'est aussi. Il faut préciser que c'est au bout du 11e interrogatoire que cette accusation lui a été signifiée par la police judiciaire. Je parlerai d'un mode opératoire désormais bien rodé. » 

À lire aussi Maroc: arrestation du journaliste et militant des droits de l’homme Omar Radi

À lire aussi : Les affaires de mœurs, la technique du régime marocain pour faire taire les voix critiques (Point de vue de Ali Lmrabet dans Middle East Eye)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail