Accéder au contenu principal

RCA: le PAM distribue des coupons alimentaires pour aider les plus vulnérables

Marché Combattant à Bangui.
Marché Combattant à Bangui. Laurent Correau / RFI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Centrafrique, le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé cette semaine une grande campagne de distribution de coupons alimentaires pour aider environ 40 000 ménages, 210 000 personnes essentiellement à Bangui.

Publicité

Le pays est déjà fragile en terme de sécurité alimentaire et la crise sanitaire a empiré la situation. Au mois de mai, comparé aux années précédentes, les enquêtes montrent que la population qui a besoin d'une aide alimentaire a augmenté de 35% à 50% selon les régions du pays.

Pour lutter contre l'insécurité alimentaire provoquée par la pandémie de Covid-19, ces familles vont recevoir une aide d'une valeur de 29 000 francs CFA pendant trois mois (44 euros). Aline Rumonge, directrice adjointe du Programme alimentaire mondial à Bangui, explique la mesure.

Les coupons vont non seulement contribuer à alimenter la sécurité alimentaire des ménages vulnérables mais aussi contribuer à l'économie du pays en permettant à ces bénéficiaires d'aller s'approvisionner auprès des commerçants.

Pourquoi une campagne de distribution de coupons ?

La directrice adjointe du Pam à Bangui ajoute que l'accès aux vivres des habitants de la capitale a aussi été fortement ralenti par les restrictions à la circulation dans le pays pour lutter contre la propagation de la pandémie.

« Au début de la crise, des mesures ont été prises par le gouvernement de fermer partiellement les frontières. Les cargaisons commerciales et les cargaisons humanitaires ne pouvaient donc pas passer comme avant. Cela a créé une tension sur les prix au niveau des marchés. Il y a eu aussi la circulation des personnes entre les provinces vers les zones urbaines. Cela aussi a fait que les prix sur le marché augmentent et malheureusement, ce sont beaucoup les zones urbaines qui sont beaucoup plus affectées par la crise, comparées aux zones rurales, là où le petit producteur pouvait au moins aller dans son champ récolter les quelques semences », explique Aline Rumonge.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.