Accéder au contenu principal

Coronavirus en Afrique centrale: les ministres des Finances esquissent un plan de relance

Un homme porte un masque dans une rue de Libreville, Gabon, en avril 2020 (image d'illustration).
Un homme porte un masque dans une rue de Libreville, Gabon, en avril 2020 (image d'illustration). STEEVE JORDAN / AFP
Texte par : Loïcia Martial
2 mn

Les ministres de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) chargés de piloter le Programme de réformes économiques et financières de la zone se sont réunis en visioconférence, ce lundi, pour examiner les programmes conclus avec le Fonds monétaire international (FMI) qui arrivent à terme dans certains pays. Il a été surtout question d’une esquisse de plan de relance économique après le coronavirus.

Publicité

Avec notre correspondant à Brazzaville,

« Il y a la crise sanitaire qui a engendré une sévère récession à travers le monde. L’Afrique centrale n’est pas en marge. Nous avons donc discuté d’esquisse de plan de relance au niveau de l’Afrique centrale. » C’est Gilbert Ondongo, ministre congolais d’État, ministre de l’Économie qui a présidé cette réunion des ministres en charge des Finances, du plan et de l’intégration sous-régionale. Il a expliqué à la presse que le plan de relance économique de la zone Cemac comporte deux principaux axes, la production et la formation.

« Nous avons par exemple insisté sur le fait qu’on pourrait mettre en place en Afrique centrale une ou deux chaînes de valeur. Ça veut dire prendre en charge un processus complet de production qui va de la matière première jusqu’au produit dérivé. Si nous pouvons avoir une chaîne De production proprement d’Afrique centrale avec des segments de valeur dans chaque pays, ce serait une bonne chose. Nous avons aussi dit qu’en matière de développement humain nous accusons de retard, on doit peut-être faire une grande université d’Afrique centrale avec des spécialités dans chaque pays », a déclaré M. Ondongo.

Au sujet du partenariat avec le FMI, Gilbert Ondongo a indiqué que jusque-là les accords conclus avec cette institution ont porté sur les questions budgétaires. Les programmes à venir mettront l’accent sur le développement, a-t-il conclu.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.