Accéder au contenu principal

L'histoire du Burkina Faso reste méconnue dans le pays

La ratification de l'indépendance de la Haute-Volta entre Louis Jacquinot et Maurice Yaméogo le 4 août 1960.
La ratification de l'indépendance de la Haute-Volta entre Louis Jacquinot et Maurice Yaméogo le 4 août 1960. Domaine public
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Selon de nombreux historiens burkinabè, beaucoup d’aspects de l’histoire de la Haute-Volta, aujourd’hui Burkina Faso, ne sont pas connus. Ce qui ne permet pas un meilleur enseignement de cette histoire dans les écoles et universités.

Publicité

Avec notre correspondant à Ouagadougou,  Yaya Boudani

Les premiers programmes pour l’enseignement en histoire datent de 1967 selon un enseignant. Ce n’est qu’en 2010 suite à une réforme qu’une bonne partie de l’enseignement de l’histoire de la Haute-Volta au Burkina Faso a été intégré au programme.

Seulement 20 leçons sur un total de 140 sont consacrées à l’enseignement de l’histoire de la Haute-Volta au Burkina Faso dans les collèges et lycées, selon Yacouba Kohoun, enseignant au Lycée Venegre à Ouagadougou : « Les points qui ne sont pas abordés concernent plutôt les grands hommes. Aujourd’hui si on demande à un élève qui est Maurice Yaméogo, il pourra juste dire qu’il est le père de l’indépendance. À part cela, il ne pourra pas dire qui est Maurice Yaméogo. Et en plus de cela, nous avons du Burkina Faso entre 1983 et 1987, qui n’est pas non plus vraiment abordé. »

Un travail de recherche en histoire à compléter

Pour Jean Marc Palm, professeur en histoire politique et directeur de recherche à la retraite, il est temps de poser le problème des zones d’ombre de l’histoire du pays des hommes intègres. De la suppression à la reconstitution de la Haute-Volta, les différentes luttes politiques depuis l’indépendance à nos jours. L’histoire du Burkina Faso demande encore des éclairages alors qu’il est de plus en plus question de mettre en place une commission afin de réfléchir sur l’écriture ou la réécriture de certaines parties de l’histoire du pays :

« Si vous regardez surtout à partir de 1980, l’évolution de notre pays sur les régimes qui se sont succédé, c’est le flou total, décrit le professeur. Ou alors ce que les gens racontent se sont des éléments épars. Il faudra qu’on se penche dessus, de l’indépendance jusqu’à aujourd’hui. Il y a un ensemble de choses qu’il faut revoir et qu’il faut donner. »

Pour ces enseignants et chercheurs, il est temps que l’histoire de l’évolution politique du Burkina Faso soit intégrée au programme d’enseignement des lycées et collèges.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.