Accéder au contenu principal

Mali: l'influent imam Dicko, figure du M5 et de controverses

L'imam malien Mahmoud Dicko, lors du lancement de son mouvement politique la Coordination des mouvements, associations et sympathisants (CMAS), le 7 septembre 2019 à Bamako.
L'imam malien Mahmoud Dicko, lors du lancement de son mouvement politique la Coordination des mouvements, associations et sympathisants (CMAS), le 7 septembre 2019 à Bamako. MICHELE CATTANI / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Mali, le mouvement de contestation veut relancer ses actions de désobéissance civile. Depuis la fête de Tabaski et la visite des cinq chefs d’État de la Cédéao le 23 juillet, le M5 avait décidé d’une trêve, qui a pris fin lundi. Mais aujourd'hui, les leaders du M5 réussiront-ils à remobiliser ? Parmi eux, le populaire imam Mahmoud Dicko.

Publicité

Face à ses pairs de la Cédéao lundi dernier, le président Ibrahim Boubacar Keïta n’a pas mâché ses mots envers son adversaire. Il évoque « l’arrogance de Mahmoud Dicko » et décrit le « projet » de l’imam. « Une transition ouvrant ainsi la promesse au Mali d’un État islamique », selon les propos du chef de l’État.

Autorité morale de la contestation, qui reste encore aujourd’hui incontournable, l'imam Dicko est aussi une figure controversée. Déjà en juin, le président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné, un proche de la famille présidentielle, accusait certains manifestants d’être « avec les jihadistes ». Depuis, sur les réseaux sociaux, des internautes s’inquiètent que l’imam soit l’autorité morale du mouvement et certains vont jusqu’à s’interroger sur les liens entre cette figure de proue de la contestation et les groupes au nord et dans le centre du pays.

À lire aussi : Mali: l'offensive de l'imam Mahmoud Dicko sur la scène politique

« C’est une campagne d’intoxication contre l’imam Dicko, un discours développé pour les ambassadeurs et la communauté internationale », réagit un membre du M5. Mais aujourd’hui, il s’agit bien, pour les contestataires, de resserrer les rangs en interne et face à l’opinion. « Il y a un jeu qui se joue sur le long terme, une stratégie d’essoufflement du mouvement mise en place par les partisans du pouvoir », conclut le sociologue Bréma Ely Dicko.

Les réunions politiques se multiplient de part et d'autre

Ce mardi, les députés de l'Assemblée nationale se sont donné rendez-vous pour évoquer notamment la situation politique du pays. L’Assemblée nationale ayant été saccagée lors de la manifestation du 10 juillet, c’est au Centre international de conférence de Bamako que les députés se sont réunis.

D’après nos informations, le grand débat a tourné autour des 30 députés dont la démission est demandée par la Cédéao pour participer au règlement de la crise politique. Des députés ont appuyé la recommandation de l’institution sous-régionale, alors que d’autres s'y sont farouchement opposés. Il a été envisagé, pour trouver une solution, de former une délégation pour rencontrer le président de la République.

De l’autre côté de la rive du fleuve Niger à Bamako, c’est le Regroupement de l’opposition qui se réunissait. D’abord avec le réseau des communicateurs traditionnels, venus en messagers de paix. Ensuite, s'est tenue une réunion du comité stratégique de l’opposition et les jeunes. Il a été envisagé d’organiser un rassemblement la semaine prochaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.