Accéder au contenu principal

RDC: les pétroliers du Katanga et du Kasaï exigent une hausse du prix à la pompe

Des bidons d'essence d'un revendeur en RDC (image d'illustration).
Des bidons d'essence d'un revendeur en RDC (image d'illustration). AFP Photo/Junior D. Kannah
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En RDC, les pétroliers de la région du Katanga et du Kasai ont déclenché jeudi 6 août un mouvement de grève. Ils exigent du gouvernement de Kinshasa la révision à la hausse du prix du litre d’essence à la pompe.

Publicité

avec notre correspondante à Lubumbashi, Denise Mahého

Toutes les stations-services sont fermées depuis jeudi 6 août que ce soit dans les villes de la région du Katanga que celles du Kasaï. Le syndicat des pétroliers a lancé le préavis de grève en début de semaine. Ce qui a permis à la plupart des propriétaires de véhicules de faire des réserves.

Inquiétude des taxis

C’est le cas de Doudou, chauffeur de taxi à Lubumbashi qui sera dans une situation compliquée en cas de grève prolongée : « Ce serait pénible parce qu’il y aura hausse du prix de la course. Le nombre des véhicules de transport en commun sera réduit. Et vous verrez que les prix de tous les produits seront revus à la hausse. Le gouvernement congolais devrait trouver une solution. »

Du côté du syndicat des pétroliers, on explique que depuis mai, le prix du litre d’essence dans la zone Sud de la RDC est le plus bas, soit 75 centimes de dollars. Pourtant à l’Ouest du pays tel qu’à Kinshasa, il est passé de 1,10 dollars à 1,01 dollars et le gouvernement congolais rembourse aux pétroliers de cette région les pertes qu’ils accumulent.

Éric Monga, président du patronat à Lubumbashi craint de voir disparaître les importateurs indépendants à cause de ce prix trop bas.

►À lire aussi : Grogne des enseignants en RDC: la reprise des cours n'est pas en vue

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.