Accéder au contenu principal

D’où vient le système de défense anti-aérien russe S300 qui serait déployé en Libye?

Le complexe pétrolier de Ras Lanouf. (Illustration).
Le complexe pétrolier de Ras Lanouf. (Illustration). REUTERS/Esam Omran Al-Fetori
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des photos qui circulent largement sur les réseaux sociaux depuis mi-juillet, semblent indiquer qu'un système de défense anti-aérien russe a été déployé en Libye, non loin du port de Ras Lanouf, un terminal pétrolier situé à quelques 600 km à l’est de Benghazi. Parallèlement, des comptes Twitter proches du pouvoir égyptien affirment que Le Caire a déployé ces missiles dans l’Est libyen, mais le pouvoir garde le silence. En février dernier, les autorités égyptiennes avaient cependant affirmé qu’elles avaient déployé neuf systèmes de défense anti-aérien S300 à la frontière avec la Libye.

Publicité

Les autorités égyptiennes gardent le silence sur ce déploiement de missiles anti-aérien russe S300 dans l’est et le sud libyens, mais ne le nient pas. Pour quiconque connaît Ras Lanouf, il n'y a pas de doute : les photos qui circulent ont été prises là-bas, pas très loin du port de ce terminal pétrolier. Elles montrent des tubes lanceurs de missiles et des radars qui s’emploient avec le système S300. Ces missiles seraient déployés également près de Syrte, dans le centre, et à Al Joufra dans le sud de la Libye.

Selon plusieurs spécialistes questionnés par le magazine américain Forbes, il n'y a pas de doute non plus, les photos montrent bien des matériels en rapport avec le S300 russe.

L’appel turc pour une solution politique

Depuis le début de la tension à cause de l’intervention turque en Libye, considérée par l’Egypte comme une menace à sa sécurité nationale, Le Caire s’emploie à montrer sa force pour ne pas avoir à l’utiliser. L'Égypte cherche donc à être dissuasive. Et si les indices sur ce déploiement se confirment, la Turquie sera dans une position plus faible face à la Russie et ses alliés en Libye.

En visite à Tripoli ce jeudi 6 août, Mevlut Cavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, s’est dit prêt à discuter d’une solution politique en Libye.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.