Accéder au contenu principal

Mali: la nouvelle Cour constitutionnelle face au dossier des députés contestés

Le médiateur de la Cédéao, l'ex-président nigérian Goodluck Jonathan et le Premier ministre malien Boubou Cissé dont l'opposition demande la démission.
Le médiateur de la Cédéao, l'ex-président nigérian Goodluck Jonathan et le Premier ministre malien Boubou Cissé dont l'opposition demande la démission. Press Service of Prime Ministry/Handout via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les 9 nouveaux membres de la Cour constitutionnelle ont prêté serment ce lundi 10 août, en présence du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et du médiateur de la Cédéao dans la crise malienne, l'ex-président du Nigeria, Goodluck Jonathan. L'un des premiers dossiers que va devoir traiter cette nouvelle Cour est celui des 30 députés à l'Assemblée nationale dont l'élection est contestée.

Publicité

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Le casse-tête des 30 députés dont l'élection est contestée est déjà sur la tables des neuf nouveaux membres de la Cour constitutionnelle. La Cédéao avait demandé à ces élus de démissionner, mais certains font de la résistance. Que faire donc ?

Continuer à étudier le dossier sous cet angle ? Ou reprendre le contentieux électoral et se prononcer à nouveau sur les résultats provisoires des législatives publiées à l’époque par le ministère de l’Administration territoriale ? Rappelons que c’est une partie de ces résultats provisoires publiés par la défunte Cour constitutionnelle qui a été le détonateur de la crise politique actuelle.

Si la nouvelle Cour résout « le problème des 30 députés », il s’agirait d’une grande avancée dans le volet « élections » de la crise. Reste celui plus politique. L’opposition malienne organise ce mardi un rassemblement à Bamako pour « faire pression » - selon ses termes - sur le gouvernement.

Elle demande essentiellement la démission du Premier ministre Boubou Cissé et une transition politique. Le président malien IBK rétorque qu’il n’est « pas question de transition politique, ni de démission de son Premier ministre ». En revanche, il est pour la formation d’un gouvernement d’union nationale.

C’est dans ce contexte que l’ancien président du Nigeria Goodluck Jonathan, médiateur de la Cédéao dans la crise est de retour au Mali. Il a commencé ses rencontres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.