Accéder au contenu principal

Les autorités de RDC et zambiennes se rencontrent à Lubumbashi

RD Congo : vue aérienne des berges du lac Tanganyika.
RD Congo : vue aérienne des berges du lac Tanganyika. Photo MONUSCO/Abel Kavanagh
Texte par : RFI Suivre
3 mn

À Lubumbashi, les travaux de la commission mixte RDC-Zambie sur la défense et la sécurité ont pris fin jeudi 13 août. Parmi les questions à l’ordre du jour, le conflit frontalier qui oppose les deux pays depuis plus de quatre mois.

Publicité

Avec notre correspondante à Lubumbashi,  Denise Maheho

Dans le communiqué final les deux parties recommandent que les travaux de la délimitation de la frontière disputée en province du Tanganyika démarrent le 1er septembre prochain. Depuis mars dernier, l’armée zambienne occupe quelques localités en territoire congolais et les combats ont fait deux morts côté congolais. La délégation zambienne était conduite par le ministre de la Défense Davies Chama et côté congolais, par le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur Gilbert Kankonde.

Pour les deux parties, la RDC et la Zambie entretiennent de bons rapports même si elles font face à des crimes transfrontaliers. S’agissant du conflit frontalier autour des localités de Kibanga en RDC et Chibanga en Zambie, les délégués de deux pays recommandent tout simplement que la SADC poursuive la médiation. « La commission a recommandé aux deux gouvernements de mobiliser les ressources nécessaires pour que les experts chargés de la démarcation de la dite frontière se réunissent comme convenu le 1er septembre 2020 afin de poursuivre le travail entamé dans le cadre de la médiation de la SADC pour s’assurer que les populations vivant dans ces zones ne soient plus déplacées », explique Mathieu Mulala, l'un des experts congolais.

Mais pourquoi cette question, qui pourtant semblait importante, n’a pas été abordée à fond lors des travaux de Lubumbashi ? Réponse de Benoit Janvier Tshibwabwa, directeur de cabinet du ministre congolais de l’Intérieur et chef de la délégation des experts congolais : « La situation que vous évoquez est une situation qui sort de ce cadre ici et qui est réglée à un niveau élevé, c’est-à-dire au niveau de la SADC et le suivi est assuré au niveau gouvernemental. Ce n’est pas le cadre de notre travail d’aujourd’hui qui est une commission permanente défense et sécurité. »

Dans la province du Tanganyika où se vit le conflit frontalier, plusieurs sources continuent d’affirmer que les troupes zambiennes se trouvent toujours sur le sol congolais malgré l'ultimatum de sept jours fixé par la SADC le 27 juillet dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.