Coronavirus: nouveau vol de rapatriement de Malgaches bloqués à l'étranger

(photo d'illustration) Madagascar, aéroport d'Ivato.
(photo d'illustration) Madagascar, aéroport d'Ivato. Lynn Gail/Getty

À Madagascar, c'est un retour qu'ils attendaient depuis des mois. Bloqués à l'étranger après la fermeture des frontières, le 20 mars, une décision prise par les autorités pour contenir la propagation de Covid-19, ils sont des centaines de Malgaches coincés loin de leur île et de leurs proches, leurs conditions de vie devenant de plus en plus précaires au fil des mois. Hier, samedi 15 août, un  vol d'Ethiopian Airlines, avec à son bord 32 Malgaches venant de plusieurs pays en Afrique, notamment du Sénégal et du Mali, a atterri à Antananarivo, la capitale. 

Publicité

de notre correspondante à Anatananarivo, 

Ces Malgaches de retour au pays vont devoir encore attendre quelques jours avant de pouvoir retrouver leurs proches. Arrivés en milieu d'après-midi à l'aéroport d'Ivato, ils ont été emmenés en minibus dans deux hôtels en périphérie de la capitale. C'est ici qu'ils attendront le résultat du test PCR effectué à la descente de l'avion.

Parmi eux, Harivola, danseur. Il s'était rendu au Sénégal en février pour un projet artistique de quelques semaines. « On est soulagé d'avoir pu rentrer mais là on doit rester quatre jours encore pour la mise en confinement. On a hâte de rentrer chez nous pour voir nos proches.

À lire aussiLa détresse des Malgaches bloqués à l'étranger par la crise du coronavirus

Des coûts financiers lourds à prendre à charge

Nous avons tout pris en charge pour ce rapatriement. Nous avons acheté les billets d'avion. Le vol était à 1500 dollars. Après il y a le coût de mise en confinement à 70 000 ariary (15 euros) par jour. Ces frais, c'est énorme parce que nous avons déjà galéré pendant six mois là-bas. C'est pour cela aussi qu'il y a d'autres gens qui n'ont pas pu venir avec ce rapatriement, faute de moyens mais aussi d'organisation, parce que le rapatriement a été annoncé deux jours avant le départ donc il fallait faire très vite le test et acheter le billet. Ce n'était pas évident !

Le fait d'être aussi loin de ses proches, c'était très compliqué psychologiquement  et aussi notre ambassade sur place n'a pas pu nous prendre en charge pour les repas et l'hôtel.

Vol de transit annulé le 6 juillet dernier 

Finalement, c'est le projet avec lequel je suis parti qui nous a pris en charge, poursuit Harivola. On a tenté plusieurs fois de rentrer mais c'était à chaque fois annulé. Le 6 juillet il y avait une possibilité de rapatriement mais finalement trop peu de gens ont pu acheter le billet et donc l'avion n'est pas passé nous prendre à Dakar et c'était vraiment difficile parce qu'on pensait partir. Nous avions fait nos tests PCR et acheté nos billets mais finalement c'était annulé. Je pense que pour chacun d'entre nous ce n'était pas évident à vivre ces moments... C'était pas facile de tenir le coup ! »

Un peu plus de 2000 demandes de rapatriement de Malgaches bloqués aux quatre coins du globe ont été enregistrées par le ministère des Affaires Etrangères, qui a indiqué que d'autres vols sont prévus dès la semaine prochaine. Depuis le mois de juin, seuls trois avions venant du Koweït, de Maurice et d'Ethiopie avaient permis à des Malgaches bloqués à l’étranger de rentrer sur la Grande Ile.

Un nouvel avion en provenance de Paris et qui ramène un peu plus de 200 passagers bloqués en Europe est prévu ce dimanche. Un retour au pays après des mois d'attente.

À lire aussi Le président malgache Andry Rajoelina annonce de nouvelles mesures

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail