Accéder au contenu principal

Le Mali est-il séduit par la Russie?

Le porte-parole des putschites du CNSP, Ismael Wagué, s'adresse à la presse le 19 août au lendemain d'un coup d'Etat qui a amené à la démission du président malien Ibrahim Boubacar Keïta.
Le porte-parole des putschites du CNSP, Ismael Wagué, s'adresse à la presse le 19 août au lendemain d'un coup d'Etat qui a amené à la démission du président malien Ibrahim Boubacar Keïta. AFP/Annie Risemberg
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'ambassadeur de Russie au Mali est l'un des premiers diplomates étrangers à être reçu vendredi par la junte. Des responsables de la junte ont été formés à Moscou. La coopération entre les deux pays était au centre des discussions.

Publicité

Avec notre correspondant à Bamako,  Serge Daniel

L’ambassadeur de Russie au Mali est l’un des premiers diplomates étrangers à être officiellement reçu par la junte. À sa sortie, Igor Gromyko n’a prononcé devant la presse qu’une seule phrase : « Nous avons discuté de la sécurité. »

Au moment où l’un des problème du pays est l’insécurité au nord et au centre, des Maliens ne cachent pas qu’il souhaitent le renforcement de la coopération militaire avec Moscou. Certains l’ont rappelé ce samedi, lors du rassemblement organisé par l’opposition à Bamako : « On veut coopérer avec la Russie », « On veut la Russie ! », « Poutine, Poutine ! », « Depuis le jour où IBK a signé un accord militaire avec la France, le Mali est foutu. »

L’an dernier, le Mali et la Russie avaient conclu un accord de coopération militaire et ici on reconnaît dans les milieux officiels que le renforcement de cette coopération entre les deux armées est à l’ordre du jour.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.