Accéder au contenu principal

Accord entre la France et le Nigeria pour la construction d’une raffinerie

Une plateforme pétrolière nigérianne, en juin 2017.
Une plateforme pétrolière nigérianne, en juin 2017. REUTERS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La société française Axens et le conglomérat nigérian BUA ont signé mardi 1er septembre à Paris un contrat de partenariat pour réaliser la première étape d’un projet de raffinerie qui sera implantée dans l’État d’Akwa Ibom, au sud-est du Nigeria. Actuellement, le premier producteur de pétrole brut du continent importe la quasi totalité de son carburant de l’étranger.

Publicité

Avec notre correspondante à Lagos,  Liza Fabbian

Avec ce nouveau projet de raffinerie, le Nigeria espère faire un pas de plus vers l’autosuffisance pour sa consommation de carburant.

Pour l’instant, le pays fait face à un paradoxe puisque le premier producteur de brut africain manque de pétrole raffiné, fautes d’infrastructures opérationnelles. Les quatre raffineries publiques du pays, qui sont en train d’être restaurées et modernisées, sont bien insuffisantes pour répondre à la demande nationale.

La France apportera son expertise technologique pour la construction de cette future raffinerie ultra-moderne.

Le projet de Dangote

Ce projet pourrait être opérationnel dès 2024, avec une production s’élevant à 200 000 barils par jour. Encore insuffisant pour répondre à la demande nationale, qui s’élève à près 550 000 barils quotidiens.

Mais pour combler ses besoins en hydrocarbures raffinés, le Nigeria peut compter sur un autre projet de grande ampleur, porté cette fois par le richissime homme d’affaires Aliko Dangote. La raffinerie qu’il est en train de construire à Lagos sera la plus grande du continent africain, aura une capacité de traitement de 600 000 barils par jour, soit un tiers de la production nationale. Ce projet pharaonique, situé à proximité du futur port en eaux profondes de Lekki, devait voir le jour dès 2021, mais le chantier a déjà pris du retard.

Le ministre français délégué au commerce extérieur et à l’attractivité, Franck Riester, a salué ce partenariat qui constitue « un signal positif pour les relations franco-nigérianes ». Quant au président du groupe nigérian BUA, il a été fait président du Club d’investissement franco-nigérian initié par Emmanuel Macron lors de sa visite au Nigeria en 2018.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.