Niger: la CNDH met en cause des soldats «incontrôlés» dans les tueries de la zone d'Inates

Le rapport met en cause des soldats «incontrôlés» de l'armée nigérienne (image d'illustration)
Le rapport met en cause des soldats «incontrôlés» de l'armée nigérienne (image d'illustration) Ludovic MARIN / POOL / AFP

La Commission nationale nigérienne des droits humains (CNDH) a publié vendredi 4 septembre le rapport de sa mission d’enquête sur les meurtres de 102 personnes dans la zone d’Inates, près de la frontière malienne. Des équipes de la CNDH ont retrouvé six fosses communes dans lesquelles 71 victimes ont été enterrées. Selon le rapport, les auteurs seraient des « soldats incontrôlés » de l’armée nigérienne. Tous les témoignages recueillis sont formels. Des soldats sont donc mis en cause mais pas la hiérarchie et l'institution militaire. Les enquêteurs de la CNDH demandent justice et réparation.

Publicité

Avec notre correspondant à Niamey, Moussa Kaka

Il s'agit d'un rapport de 500 pages bien documenté qui accuse des éléments « incontrôlés » de l’armée d’avoir commis des crimes en exécutant sommairement 102 personnes dans la zone d’Inates.

« Dans l’ensemble des six fosses communes dont on a procédé à l’exhumation des corps, ils avaient tous les mains attachées dans le dos, avec des impacts de balles », a expliqué Alichin Amadou, le secrétaire général de la CNDH.

Le médecin légiste et les officiers de la police judiciaire accompagnant les équipes de la CNDH ont certifié les faits. Pour le président de la Commission, le professeur Khalid Ikhiri, il faut sévir. « Il faudrait extirper ceux qui comprennent mal la tenue des armes, a-t-il déclaré. Il faut l’orienter du côté de l’ennemi et non pas du côté de celui qui est censé être protégé. »

Les jihadistes qui agissent dans la zone sont mis hors de cause par les enquêteurs. La juridiction de Tillabéri a déjà été saisie. Le procureur a ouvert une enquête. Et une copie unique du rapport a été remise au président Mahamadou Issoufou.

Moussa Tchangari, figure de la société civile et secrétaire général de l'association Alternative espace citoyens, se félicite que grâce à ce rapport, « un tabou ait été levée ». Et réclame des sanctions administratives et judiciaires contre les militaires mis en cause.

Il ne faut pas que cela reste impuni, pour aucune raison. Il faut absolument sanctionner et considérer que ceux qui font des exécutions sommaires ne sont pas en train de défendre ni le pays, ni les populations. Au contraire.

Moussa Tchangari

De son côté, le ministre la Défense du Niger Issoufou Katambe assure avoir « transmis le rapport aux juridictions compétentes ». Il dit aussi « faire confiance à la justice » pour y apporter la réponse appropriée sans plus de précision à ce stade. En avril dernier, il avait formellement démenti toute implication des forces de défense dans ce massacre.

► À lire aussi : Niger: ce que l’on sait de l’attaque meurtrière d’Inates

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail