Côte d'Ivoire: l'opposition multiplie les recours contre la candidature d'Alassane Ouattara

Plusieurs recours ont été déposés devant le Conseil constitutionnel pour tenter de faire invalider la candidature du président sortant, Alassane Ouattara.
Plusieurs recours ont été déposés devant le Conseil constitutionnel pour tenter de faire invalider la candidature du président sortant, Alassane Ouattara. SIA KAMBOU / AFP

Plusieurs candidats déclarés de l’opposition ont déposé un recours devant le Conseil constitutionnel, qui doit valider les candidatures. Ils souhaitent qu’il déclare inéligible Alassane Ouattara à la présidentielle du 31 octobre. La Constitution ivoirienne limite le nombre de mandats présidentiels à deux. Mais, selon le camp présidentiel, l’adoption d’une nouvelle Loi fondamentale en 2016 a remis les compteurs à zéro.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

Depuis l’affichage la semaine dernière de la liste provisoire des 44 candidats à la présidentielle, la période des recours est ouverte. Et l’opposition s’y engouffre. Ainsi, le candidat FPI (Front populaire ivoirien) Pascal Affi N’Guessan conteste devant l’institution l’éligibilité du chef de l’État sortant. Dans sa requête adressée au Conseil constitutionnel, il tente de démontrer l’illégalité d’une candidature Ouattara en 2020. « Le candidat Alassane Ouattara ne peut prétexter d’une virginité de mandature lui permettant de briguer un troisième mandat. […] De toute évidence, il a poursuivi son deuxième mandat sous l’empire de la Constitution de 2016 », écrit Pascal Affi N’Guessan.

EDS, la plate-forme de soutien à Laurent Gbagbo a, elle aussi, introduit un recours pour la même raison et invoque les mêmes arguments, à savoir la « continuité législative » énoncée dans l’article 183 de la Constitution de 2016. Continuité avec les dispositions de la Constitution de 2000 qui, déjà, limitaient à deux le nombre de mandats.

Enfin, dans une longue lettre commune, les avocats d’Henri Konan Bédié et de Guillaume Soro ont eux aussi déposé un recours pour réclamer, là encore, le rejet de la candidature d’Alassane Ouattara.

Le Conseil constitutionnel doit rendre sa décision d’ici la mi-septembre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail