Accéder au contenu principal

Kenya: fin du monopole de l'Agence du médicament, jugée incompétente

Du personnel médical s'occupe d'un patient atteint du Covid, à Machakos (Kenya), le 3 août 2020.
Du personnel médical s'occupe d'un patient atteint du Covid, à Machakos (Kenya), le 3 août 2020. TONY KARUMBA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Kenya, la colère gronde suite aux révélations de détournement des fonds destinés à lutter contre le coronavirus. Au cœur de l’enquête : la Kemsa, l’Agence nationale du médicament. En réaction, les gouverneurs des comtés ont décidé de mettre fin à son monopole et de trouver d’autres sources d’approvisionnement.

Publicité

Avec notre correspondante à Nairobi,  Charlotte Simonart

C’est à l’issue d’un conseil extraordinaire des gouverneurs de comtés que la Kemsa a perdu son monopole. L’Agence nationale des médicaments, chargée d’approvisionner les hôpitaux publics, est taxée d’incompétente. Les comtés feront appel désormais à des fournisseurs indépendants.

L’an dernier pourtant, un décret a été adopté par le Parlement garantissant le monopole de la Kemsa pour la distribution des médicaments dans le pays. Le texte prévoit même une lourde amende et deux ans de prison pour quiconque enfreindrait la loi.

Mais pour les gouverneurs, peu importe, cette loi doit changer car la pandémie du coronavirus a révélé au grand jour l’incapacité de la Kemsa à fournir en urgence le matériel et les médicaments nécessaires aux hôpitaux du pays. Les médecins appellent à l’aide face à l’afflux de malades. L’Agence nationale des médicaments se retrouve, elle, accusée d’avoir détourné pour 400 millions de dollars de fournitures médicales destinées à lutter contre le virus. Plusieurs de ses dirigeants ont déjà été limogés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.