Accéder au contenu principal

Coronavirus: les relations se réchauffent entre le Kenya et la Tanzanie

La levée des sanctions qui touchaient des compagnies kényanes est un soulagement pour Kenya Airways notamment, qui souffre financièrement depuis le début de l'épidémie de Covid-19.
La levée des sanctions qui touchaient des compagnies kényanes est un soulagement pour Kenya Airways notamment, qui souffre financièrement depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Wikipédia/Adrian Pingstone
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Dodoma a levé mercredi les sanctions contre quatre compagnies aériennes kenyanes. Une décision qui fait suite à une première mesure d’apaisement prise mardi par Nairobi. Désormais, les Tanzaniens entrant sur le territoire n’ont plus besoin de se mettre en quarantaine en entrant sur le territoire kenyan.

Publicité

« C’est une mesure de réciprocité », a clairement annoncé l’aviation civile tanzanienne. Kenya Airways, Fly 540, Safarilik et AirKenya Express sont de nouveaux autorisés à opérés en Tanzanie, après avoir vu leurs licences suspendues le mois dernier. Un soulagement pour les quatre sociétés et notamment Kenya Airways, fleuron de l’aviation nationale, mais qui souffre financièrement depuis le début de l’épidémie de coronavirus. KQ – comme on l’appelle – avait dû stopper ses vols, voyant une concurrente Rwandair, augmenter ses liaisons vers la Tanzanie, prenant ainsi des parts de marché.

Depuis plusieurs mois, les deux voisins sont en crise diplomatique, notamment à cause des restrictions prises pour contrer la propagation du Covid-19. Mardi, le Kenya avait entamé la désescalade, en ajoutant la Tanzanie sur la liste des pays dont les citoyens n’ont pas besoin de se mettre en quarantaine en entrant sur le territoire. La décision a permis la désescalade même si elle reste controversée.

Situation sanitaire opaque en Tanzanie

En effet, la gestion de l’épidémie est très opaque en Tanzanie. Dodoma ne diffuse plus ses statistiques depuis fin avril. Les chiffres révélaient alors 509 malades et 21 morts, selon l’université John Hopkins qui fait référence en la matière.

Un peu plus tard, le président Magufuli avait alors déclaré l’épidémie terminée dans le pays, notamment grâce aux prières des Tanzaniens. Une déclaration qui avait suscité polémique et suspicion. Le Kenya avait ajouté son voisin sur sa liste rouge des pays à hauts risque sanitaire, entraînant la colère du président Magufuli. Une colère qui devrait désormais s’apaiser, au moins provisoirement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.