Accéder au contenu principal

RDC: enquête sur le détournement de 250 millions de dollars de la paie des fonctionnaires

Une artère de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. (Image d'illustration).
Une artère de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. (Image d'illustration). Junior D. Kannah / AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Plus de 250 millions de dollars destinés à la paie des fonctionnaires ont-ils été détournés en République démocratique du Congo ? En tout cas, une information judiciaire est en cours au parquet général près de la cour d’appel de Kinshasa-Matete. Ce dernier ordonne à la police judiciaire d’enquêter auprès de l’Association congolaise des banques. En cause, des soupçons de détournement de ce qu’on appelle le « reliquat de la paie ».

Publicité

Depuis la bancarisation de la paie des fonctionnaires en 2011, il y a des dizaines de milliers de fonctionnaires fictifs identifiés presque chaque année et une partie de l’argent qui aurait dû leur revenir n’est jamais retirée des banques commerciales. Or, cet argent doit être reversé au compte du Trésor public. Selon une requête d’informations, le parquet soupçonne une cinquantaine d’individus de s’être partagé tous les mois quelque 2,5 millions de dollars. L’opération de détournement pourrait avoir duré jusqu’à cent un mois, soit plus de 255 millions de dollars qui auraient disparu entre août 2011 et novembre 2019, toujours selon ce document.

Avec cette requête, le parquet entend obtenir des banques commerciales, via l’Association congolaise des banques, tous les rapports mentionnant le reversement d’argent au Trésor public. Tous ces millions que des fonctionnaires fictifs n’ont pas pu retirer.

Nébuleuse…

Cela devait être le bénéfice de la bancarisation, chaque fonctionnaire devant ouvrir un compte et retirer lui-même au guichet son salaire. Toute l’opération devait être supervisée par le comité de suivi de la paie et l’argent économisé devait servir à améliorer les conditions de vie des fonctionnaires. Mais l’intersyndicale de l’administration publique assure que ses affiliés n’ont jamais vu la couleur de cet argent. Elle dit avoir réclamé pendant des années un audit, en vain.

Une source au sein du comité de suivi de la paie des fonctionnaires assure que près de 80 millions seulement ont pu être économisés depuis 2012 grâce à la bancarisation, environ un tiers aurait été utilisé pour payer des allocations de fin de carrière à des policiers et des militaires. Le reste, plus de 40 millions, serait toujours sur un compte dédié à la Banque centrale.

L’Intersyndicale nationale de l’administration publique salue la décision d’enquêter, de faire des recherches sur la bancarisation de la paie des agents et fonctionnaires de l’État. Nous avons toujours demandé qu’on puisse faire un état des lieux, mais les uns et les autres n’ont jamais voulu. Ça sera une bonne surprise pour nous les fonctionnaires, parce que nous disons qu’avec les reliquats de la bancarisation, on pouvait améliorer tant soit peu la paie des fonctionnaires. Ce qui n’a jamais été le cas. Et maintenant que cela arrive, que la décision est prise, nous sommes contents.

Fidèle Kiyangi, président de l'Intersyndicale nationale de l'administration publique de RDC (Inap)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.