Accéder au contenu principal

Cameroun: l'opposition se retrouve autour du MRC pour manifester mardi

L’opposant camerounais Maurice Kamto, à Paris, le 30 janvier 2020 (image d'illustration).
L’opposant camerounais Maurice Kamto, à Paris, le 30 janvier 2020 (image d'illustration). STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun de Maurice Kamto est rejoint par d’autres partis politiques et organisations de la société civile. Des représentants de sept mouvements se sont réunis jeudi au siège du MRC à Yaoundé où ils ont signé un document dans lequel ils définissent leurs objectifs.

Publicité

Les signataires de ce communiqué commun demandent un cessez-le-feu immédiat dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en crise depuis plusieurs années, ainsi qu’une réforme du système électoral avant la tenue de tout scrutin, alors que des élections régionales sont prévues début décembre.

Si ces objectifs n’étaient pas atteints, les mouvements se disent prêts à poursuivre leur mobilisation. « C’est une marche qui est un préalable à de prochaines marches qui demanderont le départ de Paul Biya dans l’hypothèse où, après les marches pacifiques et non violentes du 22 septembre prochain, la crise au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, mais également les réformes indispensables du système électoral ne seraient pas réglées », a expliqué Olivier Nissack, porte-parole du principal opposant, Maurice Kamto.

Cette semaine, le gouvernement camerounais a indiqué avoir pris connaissance « d’appels à l’insurrection et mis en garde contre toute tentative de déstabilisation ». Olivier Nissack s’en défend : « Ce ne sont pas les auteurs des marches pacifiques en vue d’une restauration de la démocratie camerounaise qui vont déstabiliser un pays déjà amplement déstabilisé par la pauvre qualité de sa présidence illégitime et la pauvre qualité de sa gouvernance. »

Le MRC affirme que des discussions sont toujours en cours avec d’autres mouvements, comme le parti Social Democratic Front (SDF) de John Fru Ndi, qui ne figure pas parmi les signataires du document.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.