Accéder au contenu principal
Reportage

Côte d'Ivoire: le RHDP de Ouattara en meeting sur les terres de l'opposition à Yopougon

Les partisans du RHDP, le parti du président sortant Alassane Ouattara, lors d'un meeting organisé à Yopougon, une commune d'Abidjan, le 19 septembre 2020.
Les partisans du RHDP, le parti du président sortant Alassane Ouattara, lors d'un meeting organisé à Yopougon, une commune d'Abidjan, le 19 septembre 2020. Issouf SANOGO / AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Alors que l’opposition est vent debout contre la décision du Conseil constitutionnel d’autoriser le président Alassane Ouattara à candidater pour un troisième mandat, le RHDP, parti au pouvoir, s’est autorisé à tenir meeting dans un fief de l’opposition : Yopougon, la plus grande commune d’Abidjan.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, François Hume-Ferkatadji

Devant des milliers de personnes, le Premier ministre, Hamed Bakayoko, pointe du doigt une jeune femme dans la foule et l’invite à le rejoindre sur scène. « D’où viens-tu ? » lui demande-t-il en posant sa main sur son épaule. « De Yopougon Sycogi. » « Qu’est-ce que tu fais ? », l'interroge-t-il. « Je vends des bananes douces », répond-elle un peu gênée.

Pour la remercier d’avoir applaudi au cours du meeting, le chef du gouvernement tient à lui faire un cadeau. « Je vais te donner 5 millions de francs CFA pour tes finances », annonce-t-il. Soit près de 8 000 euros. Sous les acclamations, l’adolescente en pagne saute de joie.

« Désormais, c’est Yopougon d’Alassane ! »

Toute la matinée, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) s’est lancé dans une opération séduction et reconquête à Yopougon, bastion de l’opposition. Organisateur du meeting, le député Alpha Touré Yaya, a même souhaité donner un nouveau surnom à la commune. « Désormais, c’est Yopougon d’Alassane, Youpogon d’Alassane, désormais Yopougon est pour Alassane Ouattara ! », a-t-il lancé.

Sans jamais prononcer son nom, le Premier ministre a également à répondu à Guillaume Soro, opposant en exil, qui a assuré depuis Paris que l’élection ne se tiendrait pas comme prévu, tout en lançant un appel à un front anti-Ouattara. « Beaucoup de gens parlent de la Côte d’Ivoire mais ils ne savent pas ce que la Côte d’Ivoire est devenue aujourd’hui, a déclaré Hamed Bakayoko. Ils ne savent pas que la Côte d’Ivoire a changé. Ils ne savent pas que la Côte d’Ivoire de la jeunesse, que l’on peut manipuler, c’est fini ! »  

Sur scène comme dans l’assistance, les appels au calme et à une élection apaisée étaient le leitmotiv de ce meeting visant à soutenir un troisième mandat du président sortant Alassane Ouattara.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.