Accéder au contenu principal

Dépôt d’une plainte en France contre les autorités camerounaises

Le nouveau Palais de justice de Paris en avril 2018. (Image d'illustration)
Le nouveau Palais de justice de Paris en avril 2018. (Image d'illustration) REUTERS/Benoit Tessier
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Une association a déposé une plainte auprès du tribunal judiciaire de Paris vendredi contre les autorités camerounaises et contre X pour tortures et autres traitements inhumains et dégradants. Cette association créée au début de l’année en France, le Réseau Respondere advocatus, rassemble une dizaine de juristes ainsi que des représentants d’autres professions. Elle affirme vouloir défendre des leaders politiques camerounais et africains qu’elle considère en danger en raison de leur engagement politique.

Publicité

Dans sa plainte, le Réseau Respondere advocatus évoque trois événements qui se sont déroulés l’an dernier au Cameroun : les manifestations du 26 janvier et du 1er juin, organisées par le parti d’opposition, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), ainsi que la mutinerie du 22 juillet, à la prison centrale de Yaoundé. L’association affirme que pendant ou après ces événements des tortures et des traitements inhumains et dégradants ont été infligés à des citoyens camerounais. « Ce régime utilise la force, l’armée, la police pour réprimer toute expression démocratique », estime maître Amédée Touko, juriste et secrétaire général de l’association.

Des dizaines de noms cités dans la plainte

Le Réseau Respondere advocatu évoque les conclusions de plusieurs organisations internationales, comme Amnesty International ou Human Rights Watch, et dit détenir des photos et vidéos. Dans sa plainte, il cite des dizaines de noms : autorités nationales, régionales, militaires notamment des personnes soupçonnées d’avoir commis directement ces actes, mais aussi leurs supérieurs hiérarchiques.

L’association créée en France a décidé de porter plainte à Paris, comme la loi le permet, selon Maître Amédée Touko : « Nous pensons également que ce ministre nouvellement arrivé qui a un esprit quand même très ouvert en ce qui concerne les droits de l’homme, la liberté. Nous pensons pouvoir obtenir du parquet une attention très particulière. »

L’association attend maintenant que le parquet se prononce sur cette plainte dans les prochaines semaines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.