Accéder au contenu principal

Karim Wade: l'éventualité d'un retour qui fait beaucoup parler au Sénégal

Karim Wade (ici en mars 2013) reste quant à lui silencieux sur son éventuel retour au Sénégal.
Karim Wade (ici en mars 2013) reste quant à lui silencieux sur son éventuel retour au Sénégal. AFP/SEYLLOU
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les avocats de Karim Wade estiment que celui-ci a recouvré ses droits et pourrait désormais être candidat à toute élection. Cette interprétation du code électoral ne fait pas l’unanimité, mais réjouit son parti, le PDS d’Abdoulaye Wade.

Publicité

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

« Fin d’exil pour Karim Wade ? »  La question est à la Une de la presse au Sénégal après l’annonce du collectif des avocats du fils de l’ancien président. Karim Wade a été condamné en 2015 à six ans de prison et une très lourde amende pour enrichissement illicite. Gracié par le président Macky Sall en 2016, il vit aujourd’hui en exil au Qatar. Sa candidature à la présidentielle de 2019 avait été rejetée, mais ses avocats considèrent qu'il a recouvré ses droits et pourrait désormais être candidat à toute élection. Ils s’appuient sur l’article 32 du code électoral, consacré à la limitation de l’interdiction d’inscription sur les listes à une durée de cinq ans.

L'argument est rejeté par certains juristes, qui soulignent que cette mesure ne s’applique que dans certains cas, pour des courtes peines. Karim Wade reste par ailleurs sous le coup d’une lourde amende de 138 milliards de FCFA, soit environ 210 millions d’euros. Une épée de Damoclès.

« Il incarne est l’espoir du parti »

Karim Wade va-t-il rentrer au Sénégal, en vue des prochaines échéances électorales, notamment la présidentielle de 2024 ? Au Parti démocratique sénégalais, plusieurs responsables assurent préparer son retour, mais sans plus de précisions sur un agenda. « Evidemment, le PDS prépare son retour, assure Assane Bâ, secrétaire national chargé de la mobilisation et dans la propagande. C'est une question de startégie. la diplomatie ne se fait pas dans la rue. Nous en train den ne convereter pour voir quand ce sera possible. Notre crédo, c'est la reconquête du pouvoir. »

Miser sur Karim Wade: la stratégie a provoqué des remous au sein du parti. Plusieurs hauts responsables de la formation ont quitté le navire l’an dernier. Mais le PDS garde le cap. Lamine Ba, président de la fédération nationale des cadres libéraux: « Karim Wade, c'est aujourd'hui un candidat reconnu au PSD et qui incarne est l’espoir du parti. Nous travaillons pour que son retour soit triomphal et qu'il puisse pleinement jouer son rôle sur l'échiquier national. »

Le PDS veut aujourd’hui regagner du terrain dans le jeu politique. Il a d’ailleurs repris ses activités cette semaine. A Doha, Karim Wade, lui, reste silencieux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.