Accéder au contenu principal

Madagascar: l’examen du brevet des collèges, une affaire de famille

Le Collège d'Enseignement Supérieur d'Analamahitsy, en plein coeur de la capitale, accueille depuis lundi 21 septembre près de 900 élèves inscrits à l'examen du BEPC.
Le Collège d'Enseignement Supérieur d'Analamahitsy, en plein coeur de la capitale, accueille depuis lundi 21 septembre près de 900 élèves inscrits à l'examen du BEPC. RFI/SArah Tétaud
3 mn

A Madagascar, quatrième et dernier jour d’épreuve pour les élèves de 3ème qui présentent l’examen du BEPC, le Brevet d’études du premier cycle. Sésame indispensable pour intégrer les bancs du lycée, le BEPC comptait cette année 327 500 inscrits. Mercredi soir, les élèves de l’option B, l’option scientifique, ont pu pousser un ouf de soulagement après sept matières présentées. Les élèves ayant choisi l’option A, littéraire, auront, eux, une dernière matière, à présenter ce jeudi. Reportage à la sortie du grand centre d’examen d’Analamahitsy dans la capitale, pour rencontrer les jeunes et leurs parents, pour qui le BEPC est une affaire de famille.

Publicité

De notre correspondante à Antananarivo,

Stéphane, 18 ans, est encore tout chancelant. Il sort de 3 heures d’épreuve de physique-chimie. Mais ça y est, pour lui, c’est la fin d’un grand marathon. « L’examen est fini. Je suis content parce que je pense ça a bien marché. C’est l’épreuve de malgache qui a été la plus difficile ; le temps m’a manqué. J’attends demain pour faire la fête avec mes copains qui ont encore une épreuve de langue à passer. On ira boire de l’alcool et fumer des cigarettes. »

Bryan, 15 ans, a encore l’allemand à présenter ce jeudi. Il est confiant. Ces dernières semaines, il les a passées enfermé chez lui, à réviser, pour compenser une année scolaire chaotique. « Pendant 3 mois, je ne suis pas allé à l’école à cause du coronavirus. Mais l’examen, ça s’est bien passé. Pour les Mathématiques, j’ai un peu foiré, mais pour le reste, ça s’est bien passé. »

« La prière chaque soir… »

Et pour mettre toutes les chances de son côté, l’adolescent a pu compter sur le soutien des siens. « Presque toute ma famille m’aide à la maison, pour mon examen. A la maison (ces derniers temps, NDLR), je n’ai presque rien fait pour la collectivité, je n’ai fait qu’étudier. Ma mère et mon père, me préparent mes repas, mes vêtements, ma convocation et ma carte d’identité. Ça se passe toujours comme ca. Le BEPC, c’est le 2ème diplôme de notre vie, donc c’est très important pour notre famille. »

Un peu à l’écart, des parents attendent anxieux leurs enfants. Pour cette mère d’élève, si son fils obtient le BEPC, il sera le premier de la famille à décrocher ce diplôme. Une vraie fierté. Aussi, le jeune est bichonné. « Tous les matins, je me lève à 5h pour préparer le repas. Chaque jour, je lui concocte quelque chose de spécial, rien que pour lui. J’ai même changé mon emploi du temps de travail pour mon fils. Ma famille, chaque soir, on fait la prière tous ensemble pour qu’il réussisse son BEPC. »

Les résultats de l’examen devraient être annoncés la semaine prochaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.